References

* Don Fader (djfader@ua.edu) is Associate Professor of Musicology at the University of Alabama. His research, published in numerous venues, takes in a broad spectrum of issues relating to seventeenth- and eighteenth-century French music, including cultural history, aesthetics, the history of theory, as well as the influence of the Italian style and the goûts-réunis. The author gratefully acknowledges the support of an RGC Grant from the Office of the Vice President for Research, University of Alabama, which made the research for this article possible.

[1] Edited in James, baron de Rothschild, Les Continuateurs de Loret: Lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault, Perdou de Subligny, Laurent et autres (1665–1689), 2 vols. (Paris: Damascène Morgand et Charles Fatout, 1881), 1:84: “The singing and instrumental music| by an excellent harmony,| there also ravished the ear| And it is possible to say finally here,| To the glory of this great Prince,| in whom nothing meager is to be seen,| that, as he excels in dignity| after his august Majesty,| he excels in Magnificence| in being in everything unique in France| as Unique Brother of the King,| August title, in truth.” All translations are the author’s unless otherwise noted.

[2] Jean Loret, La Muze historique ou recueil de lettres en vers, ed. Jules Amédée Ravenel, Edouard de la Pelouze, and Charles-Louis Livet, 2nd ed. (Paris: P. Janet, 1857), vol. 4, March 29, 1664: “Monseigneur le Frere du Roy,| L’autre-jour se souvint de moy.… Pour les Ouvrages de ma Veine,| Qu’il voit et lit chaque semaine;| En suite de quelques bienfaits| Que ce Prince m’a déjà faits,| Pour achéter Livres, ou vivres,| Il me fit Don de trois cens livres.” The literature on the use of the arts in the creation of Louis’s image is very large. The main sources referred to in this discussion are Robert M. Isherwood, Music in the Service of the King: France in the Seventeenth Century (Ithaca: Cornell University Press, 1973), Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine: Spectacle et politique au temps de Louis XIV (Paris: Éditions du Minuit, 1981), Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV (New Haven: Yale University Press, 1992), and Jean Duron, ed., Le Prince et la musique: Les passions musicales de Louis XIV (Wavre, Belgium: Éditions Mardaga, 2009).

[3] Numerous historical studies of the role of the nobility in politics and culture emerging in the 1980s and 1990s used Norbert Elias, The Court Society, trans Edmund Jephcott (Oxford: Basil Blackwell, 1983), as a jumping-off point, either for elaboration or criticism. These include, among others, Ellery Schalk, From Valor to Pedigree: Ideas of Nobility in France in the Sixteenth and the Seventeenth Centuries (Princeton: Princeton University Press, 1986), Roger Mettam, Power and Faction in Louis XIV’s France (Oxford: Basil Blackwell, 1988), Jonathan Dewald, Aristocratic Experience and the Origins of Modern Culture (Berkeley: University of California Press, 1993), Dewald, The European Nobility, 14001800 (Cambridge: Cambridge University Press, 1996), J. Russell Major, From Renaissance Monarchy to Absolute Monarchy: French Kings, Nobles, and Estates (Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1994), and Jay M. Smith, The Culture of Merit: Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monarchy, 16001789 (Ann Arbor, Mich.: University of Michigan Press, 1996).

[4] Georgia J. Cowart, The Triumph of Pleasure: Louis XIV and the Politics of Spectacle (Chicago: University of Chicago Press, 2010).

[5] Marcelle Benoit included important material on princely musical establishments in her work on music at Versailles (Versailles et les musiciens du roy [1661–1733]: Étude institutionnelle et sociale [Paris: Éditions A. et J. Picard, 1971]), but only as a sidelight to her main focus. Since the 1980s there have been studies focusing on the activities of various noble courts, mostly during the late reign of Louis XIV and the Regency: on Louis XIV’s illegitimate son, the comte de Toulouse (Catherine Massip, “La collection musicale Toulouse-Philidor à la Bibliothèque nationale,” Fontes Artis Musicae 30, no. 4 [1983]: 184–207), the Jacobite court (Edward Corp, “The Exiled Court of James II and James III: A Centre of Italian Music in France, 1689–1712,” Journal of the Royal Musical Association 120, no. 2 [1995]: 216–31, and Corp, et. al., A Court in Exile: The Stuarts in France, 1689–1718 [Cambridge: Cambridge University Press, 2004]), the court of Philippe II d’Orléans (Jean-Paul Montagnier, Un Mécène-Musicien: Philippe d’Orléans, régent [1674–1723] [Bourg-la-Reine: Zurfluh, 1996], and Don Fader, “Musical Thought and Patronage of the Italian Style at the Court of Philippe II, duc d’Orléans (1674–1723),” Ph.D. diss., Stanford University, 2000), the duchesse du Maine (Catherine Cessac and Fabrice Preyat, eds., La Duchesse du Maine (1676–1753): Une mécène à la croisée des arts et des siècles [Brussels: Université de Bruxelles, 2000]), the Bourbon-Conty family (Thomas Vernet, “‘Que leurs plaisirs ne finissent jamais’: Spectacles de cour, divertissements et mécénat musical du Grand Siècle aux Lumières: l’exemple des princes de Bourbon-Conti,” Ph.D. diss., Paris, École Pratique des Hautes Études, 2010), and the cultural patronage of the Dauphin’s circle (Don Fader, “The ‘Cabale du Dauphin,’ Campra and Italian Comedy: The Courtly Politics of French Musical Patronage Around 1700,” Music & Letters 86, no. 3 [August 2005], 380–413). The main exception to this focus on the period of the 1680s and beyond has been Patricia Ranum’s writings on the Guise and Charpentier, beginning with “A Sweet Servitude: A Musician’s Life at the Court of Mlle. de Guise,” Early Music 15, no. 3 (August 1987): 347–60, and especially, “Le Mécénat musical de Mlle de Guise,” in Le Mécénat et l’influence des Guises: Colloque tenu à Joinville du 31 mai à 4 juin 1994, ed. Yvonne Bellenger (Paris: Champion, 1997), 613–38.

[6] On this issue, see Fader, “The ‘Cabale du Dauphin.'”

[7] The role, for example of the Petite académie in the genesis of libretti was pointed out by Manuel Couvreur in his Jean-Baptiste Lully: Musique et dramaturgie en la service du prince (Brussels: M Vokar, 1992). On the various avenues of patronage exercized by powerful figures and their protégés, see Fader, “The ‘Cabale du Dauphin,'” 33.

[8] Gabriel de Broglie, L’Orléanisme: La ressource libérale de la France (Paris: Librairie Académique Perrin, 1981).

[9] See Catherine Massip, “Le Mécénat musical de Gaston d’Orléans,” in L’Âge d’or du mécénat 15981661: Actes du colloque international CNRS (Paris: Éditions du CNRS, 1995), 384–96, and “Le Mécénat musical de Mademoiselle,” Papers on French Seventeenth-Century Literature 22 (1995): 79–90.

[10] A number of biographies of Monsieur have been published: Nancy Nichols Barker, Brother to the Sun King: Philippe, Duke of Orléans (Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1989); Philippe Erlanger, Monsieur frère de Louis XIV (Paris: Hachette, 1953); Guy de La Batut, La cour de Monsieur, frère de Louis XIV (Paris: A. Michel, 1927); and Hugh Stokes, A Prince of Pleasure: Philip of France and His Court, 16401701 (New York: Brentano, 1913).

[11] Monsieur’s governor, César de Choiseul, comte du Plessis-Praslin, following Mazarin’s instructions, described the point of Monsieur’s upbringing thus: “Brothers of kings cannot have too much greatness of soul, nobility of sentiment, or elevation of view, but all of these must be subordinated to what they are duty bound to owe their sovereigns, for even while being their brothers, they do not cease to be their subjects.” Mémoires des divers emplois et des principales actions du maréchal du Plessis, ed. Alexandre Petitot and Louis-Jean-Nicolas de Monmerqué, vol. 57, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France (Paris: Foucault, 1827), 299; trans. in Barker, Brother to the Sun King, 23.

[12] Barker, Brother to the Sun King, 29.

[13] François Timoléon, Abbé de Choisy, Mémoires, ed. Georges Mongrédien (Paris: Mercure de France, 2002), 332: “On m’habillait en fille toutes les fois que le petit Monsieur venait au logis et il venait au moins deux ou trois fois la semaine.… Dès qu’il arrivait suivi des nièces du cardinal Mazarin et de quelques filles de la reine, on le mettait à la toilette, on le coiffait … on lui ôtait son justaucorps pour lui mettre des manteaux de femmes et des jupes; et tout cela se faisait, dit-on, par l’ordre du cardinal qui voulait le rendre efféminé de peur qu’il ne fit de la peine au roi, comme Gaston avait fait à Louis XIII.” The vers de personnage for the eleven-year-old Monsieur in the livret to the Ballet des festes de Bacchus (1651), ed. Marie-Claude Canova-Green, Benserade: Ballets pour Louis XIV (Paris: Éditions Klincksieck, 1997), 61, reads: “à force de m’attacher| au beau sexe qui m’est si cher| En m’habillant comme il s’habille,| Je suis enfin devenu fille.”

[14] Gustave Brunet, ed., Correspondance complète de Madame duchesse d’Orléans (Paris: Charpentier, 1855), letter of January 8, 1716: “Il n’y a jamais eu de frères plus différents que le feu roi et Monsieur; cependant, ils s’aimaient beaucoup.… Monsieur avait les manières d’une femme plutôt que d’un homme; il n’aimait ni les chevaux ni la chasse; il ne se plaisait qu’à jouer, tenir un cercle, bien manger, danser et faire sa toilette; en un mot, il se plaisait à tout ce qu’aiment les dames. Le roi aimait la chasse, la musique, le spectacle; Monsieur n’aimait que les grandes assemblées et les bals masqués; le roi aimait à être galant avec les dames; je ne crois pas que, de sa vie, Monsieur ait été amoureux.”

[15] Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires de Saint-Simon, ed. Arthur de Boislisle, 2nd ed., 28 vols. (Paris: Hachette, 1891), 8:340.

[16] Brunet, ed., Correspondance complète, letter of October 29, 1718.

[17] The Mémoires of Louis XIV contain the following comparison between kingly virtues and those represented by Monsieur (Mémoires for the Instruction of the Dauphin, trans. Paul Sonnino [New York: The Free Press, 1970], 144): “The loftiness and strength of [a ruler’s] character draws entirely new luster from the mediocrity of those around him. The greatness and firmness of his soul is emphasized by contrast with their flabbiness, and his love for work and for true glory is infinitely more glowing when elsewhere there is only profound lethargy or attachment to trifles. With such a difference, all eyes are fixed on him alone.”

[18] Barker, Brother to the Sun King, 147–65, includes a psychological evaluation of the relationship of Louis and Monsieur in which the battle of Kassel figures as an important event.

[19] Virginia Scott, Molière: A Theatrical Life (Cambridge: Cambridge University Press, 2000). Roger Duchêne, Molière (Paris: Fayard, 2006), 166, notes that, in his Registre, the actor La Grange wrote in Easter of 1659: “Nota que les 300 livres n’ont point été payées.” However, this was a period in which none of Monsieur’s servants were paid, according to Jean-Joseph Faugère: “madame de Longschamps … nous dit que [Monsieur’s] officiers se plaignoient fort de ce qu’on ne les payoit pas” (Journal d’un voyage à Paris en 16571658 [Paris: Benjamin Duprat, 1862], 161). Duchêne argues (pp. 167–69) that the eighteen-year-old Monsieur adopted Molière’s troupe in spite of their inexperience and country manners because he simply wanted to have a comédie like other princes of the blood. Given his upbringing, this seems plausible.

[20] Barker, Brother to the Sun King, 87–88.

[21] The obituary for Benserade in the Mercure states: “Il faisoit déja du bruit dans le temps du ministere du Cardinal de Richelieu, dont il avoit un pension, & a esté attaché toute sa vie à la maison de Villeroy, & fort consideré de Monsieur qui le logeoit au Palais-Royal” ([Oct 1691], 256–57); see Charles I. Silin, Benserade and his Ballets de cour (Baltimore: Johns Hopkins Press, 1940), 109-112.

[22] The ambassador to the court from the Elector of Brandenburg, Ézéchiel Spanheim, confirms this point in his detailed portrait of Monsieur (Relation de la cour de France en 1690, ed. Charles Henri Auguste Schefer [Paris: Renouard, 1882], 56), which describes him as “toute portée aux plaisirs, éloignée d’aucune application sérieuse, et ainsi plus caressante, plus ouverte, et plus insinuante que [le Roi]: d’où lui vient un procédé civil, obligeant et fort régulier même, envers les personnes qui l’abordent ou qui lui font la cour. Aussi se plaît-il qu’on la lui fasse, et à n’être pas négligé par les courtisans, ou même par les ministres étrangers qui fréquentent la cour.”

[23] Monsieur’s finances are the subject of detailed analysis in Barker, Brother to the Sun King, 175–98.

[24] Daniel de Cosnac, Monsieur’s aumonier in the 1660s, wrote of his master: “Quoique Monsieur m’eût écrit qu’il feroit son profit des choses que je lui avois mandées, il trouva à propos de ne s’en pas servir; il aima mieux prendre le parti du silence, et se contenter de faire connoître au roi, par les voyages qu’il venoit faire toutes les semaines à Paris pour un ou deux jours, qu’il n’étoit pas satisfait. Ces voyages étoient fort de son goût; il croyoit qu’ils réussiroient admirablement; qu’ils donneroient du déplaisir à Sa Majesté; mais c’est qu’en effet, ils lui donnoient à lui la joie d’avoir une cour particulière: car il étoit ravi lorqu’il voyoit dans le Palais-Royal une grande affluence de beau monde qui venoit pour l’amour de lui, à ce qu’il disoit, quoique ce ne fût que pour Madame. Il n’oubloit toutefois rien pour caresser chacun, et l’on remarquoit visiblement qu’il étoit plus ou moins gai, selon qu’il y avoit chez lui une plus grande ou plus petite cour.… Monsieur étoit si satisfait de pouvoir, tous les soirs qu’il passoit à Paris, demander à dix ou douze personnes en particulier: “Eh bien! N’ai-je pas bien du monde aujourd’hui?” que c’étoit s’opposer à ses plaisirs que de lui représenter de telles vérités, et ses plaisirs l’emportoient toujours, dans son esprit, sur les plus importantes affairs.” Mémoires de Daniel de Cosnac, ed. Jules de Cosnac, 2 vols. (Paris: Jules Renouard, 1852), 2:328–29.

[25] Émile Magne, Le Château de Saint-Cloud d’après des documents inédits (Paris: Calmann-Lévy, 1932), 159. The phrase is Loret’s (Muze historique 3: 251 [September 11, 1660]).

[26] Saint-Simon, Mémoires, 2:13.

[27] Spanheim, Relation, 57: “D’ailleurs, on ne peut disconvenir que les inclinations de Monsieur ne soient naturellement douces, bienfaisantes, du reste éloignées des occupations ou des divertissements qui sont accompagnés de peine et de fatigue, jusques à n’avoir aucun penchant pour le plaisir de la chasse et à ne prendre aussi point de part dans les parties qui s’en font. Il s’attache plus à celles des fêtes galantes, et à en donner quelquefois dans sa belle maison de St-Cloud, ou même dans le Palais-Royal, qu’il occupe à Paris, où il aime se rendre de fois à autre, et à y faire un séjour de quelques semaines de suite: ce qui n’a pu aussi que lui attirer l’inclination des Parisiens.”

[28] F-Pan 300 AP I 746 and 747; Victor Champier and G.-Roger Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (16291900) (Paris: Société de Propagation des Livres d’Art, 1900), rev. ed. by Philippe Siguret (Paris: Éditions Henri Veyrier, 1992), 191.

[29] Ludovic Lalanne, ed., Journal du voyage du Cavalier Bernin en France par M. de Chantelou, manuscrit inédit (Paris: Gazette des beaux-arts, 1885), 104: “Je m’en suis allé au lever de Monsieur. S. A. R. m’a appelé et m’a dit à l’oreille: ‘Est-il vrai que le Cavalier [Bernini] a trouvé à Saint-Cloud ma cascade trop ajustée?’ Je lui ai dit qu’oui. Monsieur a repris et dit: ‘Boisfranc m’a rapporté que le Cavalier trouvait que de mon bouillon d’eau l’on peut faire quelque chose de beau. Je serais bien aise que vous lui demandiez un dessin pour cela, comme de vous-même.’ J’ai assuré Monsieur que je le ferais, que j’ai déjà prié le Cavalier d’y travailler. A quelque temps de là, S. A. R. m’a rappelé et m’a dit: ‘Peut-être faudrait-il pour cela qu’il retournât encore une autre fois à Saint-Cloud?’ Je lui ai dit que, s’il était nécessaire, je l’y mènerais exprès.”

[30] Lalanne, ed., Journal, 240: “J’ai été porter à S. A. R. le dessein pour la cascade de Saint-Cloud qu’il a fait peindre à Bourson. Il m’a demandé d’abord qu’il l’a vu: ‘où mettre cela?’ Je lui ai dit: ‘au lieu où est le grand jet d’eau.’—’Mais mon jet d’eau?’ a dit Monsieur. J’ai répondu qu’il serait conservé, et qu’afin qu’on pût mieux exécuter l’intention du Cavalier, il m’avait promis que, d’abord qu’il serait à Rome, il ferait faire un modèle en terre de cette cascade, qu’on exécuterait en bois, afin qu’il pût être apporté ici. S. A. R. a parlé après du dessein du Louvre, et a dit que de rétrécir la cour et d’ôter tous les ornements qui y sont, cela lui déplaisait fort, qu’on voulait n’y faire que des choses simples. J’ai répondu que les choses qu’on y ferait auraient l’ornement qu’elles devaient avoir. M. le maréchal du Plessis a dit qu’en Italie l’on avait raison de cacher les combles, parce qu’on n’avait point d’ardoise, que leur taille était vilaine, mais que les couvertures ici avaient leur beauté. Je n’ai point débattu la question et m’en suis venu chez le Cavalier.”

[31] This was in fact a very common approach, both inside and outside the arena of the arts. The memoirs of Daniel Cosnac contain a number of stories of efforts on the prince’s behalf, carried out in Cosnac’s self-described role as a “fidèle.” Cosnac, Mémoires (2:317) relates, for example, how he sent his own intermediary to Holland to buy up and prevent the further printing of a scandal-mongering book, Les Amours de Madame et du comte de Guiche, an action that “cost him considerable effort and money.” On the relationships between patron and client, see Sharon Kettering, Patrons, Brokers, and Clients in Seventeenth-Century France (New York: Oxford University Press, 1986).

[32] Saint-Simon, Mémoires, 11:96, “C’étoit un homme d’esprit … qui faisait une chère delicate et choisie en mets et en compagnie, et qui voyoit chez lui la meilleure de la ville et la plus distinguée de la cour. Son goût étoit exquise en tableaux, en pierreries, en meubles, en battiments, en jardins, et c’est luy qui a fait tout ce qui à de plus beaux à Saint-Cloud. Le roi, qui le traitoit bien, le consultoit souvent sur ses batiments et sur ses jardins, et le menoit quelquefois à Marly.”

[33] Magne, Le Château de Saint-Cloud, 63.

[34] Abbé S. P. Mazière de Monville, La Vie de Pierre Mignard, premier peintre du roy (Amsterdam: n. p., 1731), 118–99: “Du premier coup d’œil on voit le ciel tel qu’Homere le decrit; l’Olympe ou tous les Dieux sont réunis, remplit le fond entier de la coupe; mais des arcades disposées avec un artifice admirable, le separent en différentes parties & forment cinq tableaux d’un seul.”

[35] Jean-Pierre Néraudau, L’Olympe du roi-soleil (Paris: Les Belles Lettres, 1986), 184. See also Robert Oresko, “Louis XIV et Monsieur: Versailles et Saint Cloud,” typescript Colloque Versailles du 29 Sept. au 4 Oct. 1985, communications des auteurs à distribuer exclusivement aux participants (no publication information), 2:1–8.

[36] Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau, Journal du Marquis de Dangeau avec les additions inédites du Duc de Saint-Simon, ed. Eudore Soulié, Louis Dussieux, Philippe de Chennevières, Paul Mantz, Anatole de Monaiglon, and Felix Sébastien Feuillet de Conches (Paris: Champion, 1856), July 15, 1689: “Le roi alla à Saint-Cloud et donna plusieurs avis à Monsieur pour embellir sa maison et lui donna 50,000 écus pour faire exécuter une partie des avis qu’il lui avoit donnés.”

[37] The extent of the destruction, and the profound cultural loss for France were recorded in Marius Vachon, Le Chateau de Saint-Cloud: Son incendie en 1870 / Inventaire des Œuvres d’art détruites ou sauvées (Paris: A. Quantin, 1880). Monsieur’s decorations have been studied by Robert W. Berger, “Pierre Mignard at Saint-Cloud,” Gazette des Beaux-Arts 121 (January 1993): 1–58.

[38] Curieux du grand siècle: Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècle, vol 2, Œuvres d’art (Paris: Flammarion, 1984), 347–54; “Two Unknown Ceiling Paintings by Mignard for Louis XIV,” The Art Bulletin 56, no. 1 (March 1974): 84.

[39] Her portrait at age fourteen by Mme de Brégis for example (June 1658; Ms. de Conrart, in-folio IX, 705, quoted in Charles, comte de Baillon, Henriette-Anne d’Angleterre, duchesse d’Orléans, sa vie et sa correspondance avec son frère Charles II [Paris: Perrin, 1886], 25: “Elle donne la meilleure partie de son temps à apprendre ce qui peut faire un princesse parfaite, et pour le reste de ses moments, elle les dérobe à l’oisiveté pour en acquérir mille agréables sciences, car elle danse d’une grâce incomparable, elle chante comme un ange, et le clavecin n’est jamais mieux touché que par ses belles mains.”) On Henriette, see Christian Bouyer, Henriette-Anne d’Angleterre: Belle-sœur de Louis XIV (Paris: Pygmalion, 2006) and Jacqueline Duchêne, Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans (Paris: Fayard, 1995).

[40] “The Portrait of the Princesse Henrietta,” MS, dated December 22, 1660, transcribed in Claire E. Engel, “Henriette d’Angleterre et les lettres franco-anglaises,” Revue de litterature comparée 30, no. 3 (July/September 1956), 305–17, at p. 309.

[41] A report by Robinet describes her playing harpsichord shortly before her death: Lettre en vers a Madame, November 30, 1669, in Rothchild, ed., Continuateurs [cited above]: “HEROINE, la nonpareille,| Qui, des fins bouts de vos blancs doigts,| Touchez le Clavessin par fois| A nous enchanter par l’Oreille,| Pleut au blond Seigneur Apollon.”

[42] Florence Gétreau, “‘J’avais déjà passé d’un jour sans la voir’: Un portrait d’Henriette-Anne d’Angleterre en musicienne,” Noter, annoter, éditer la musique: Mélanges offerts à Catherine Massip, ed. Cécile Reynaus and Herbert Schneider (Geneva: Librairie Droz, 2012), 31–55.

[43] Quoted in Richard Keith, “‘La Guitare Royale’: A Study of the Career and Composition of Francesco Corbetta,” ‘Recherches’ sur la musique française classique 6 (1966), 73-93, at p. 81. See also Richard Pinnell, “The Role of Francesco Corbetta (1615–1681) in the History of Music for the Baroque Guitar, Including a Transcription of His Complete Works (Volumes I and II)” 2 vols. (Ph.D. diss., University of California, Los Angeles, 1976), 1:205–6.

[44] Corbetta, La Guitarre royale (1671), pp. 93–95, transcribed in Pinnell, “The Role of Francesco Corbetta,” 2: 338–39.

[45] In 1661 Molière dedicated L’Ecole des maris to Monsieur and its companion piece, L’Ecole des femmes to Madame one year later. Racine’s dedication to Andromaque (Paris: n.p., 1667) reads: “On savait que V. A R. avait daigné prendre soin de la conduite de ma tragédie. On savait enfin que vous l’avez honorée de quleques larmes à la première lecture que je vous fis.… On savait, Madame, et V. A. R. a beau s’en cacher, que, dans ce haut degré de gloire où la nature et la fortune ont pris plaisir à vous élever, vous ne dédaignez pas cette gloire obscure que les gens de lettres s’étaient réservée.”

[46] On Henriette’s and Monsieur’s roles in politics and in Louix XIV’s court ballets, see Marie-Claude Canova-Green, La Politique-spectacle au grand siècle: les rapports franco-anglais (Paris: Papers on Seventeenth Century Literature, 1993), 134–52.

[47] There is no complete edition of her correspondence, although many anthologies exist; see Robert Oresko, “A New Edition of Madame’s Letters: The Case for Quellenkritik,” French History 5, no. 4 (December 1991): 475–87. Dirk Van der Cruysse has edited her complete French correspondence [Madame Palatine: Lettres françaises (Paris: Fayard, 1989)] and produced a scholarly biography based largely on her letters: Madame Palatine, princesse Européenne (Paris: Fayard, 1988).

[48] Mercure de France (November 1722), 207: “Les véritables sçavans, et les gens de Lettre [sic] ont fait une perte particuliere. Cette Auguste Princesse les aimoit, les consideroit, et les protegeoit avec discernement, par les grandes connoissances qu’elle avoit de toutes les parties des Belles-Lettres, et sur toutes les manieres qui regardent la belle Antiquité. Son goût particulier pour les Antiques avoit rendu son Cabinet l’un des plus riches et des plus magnifiques du monde sçavant.”

[49] Van der Cruysse, Madame Palatine, 492–503. The cabinet was maintained by the antiquarian Charles-César Baudelot de Dairval, who, along with several other scholars, produced a number of studies of pieces in the collection.

[50] Philip John Yarrow and William S. Brooks, The Dramatic Criticism of Elizabeth Charlotte, Duchesse d’Orléans: With an Annotated Chronology of Performances of the Popular and Court Theatres in France 16711722, Reconstructed from Her Letters (Lewiston, N.Y.: Edwin Mellen Press, 1996).

[51] In a letter of December 23, 1694 (Eduard Bodemann, ed., Aus den Briefen der Herzogin Elisabeth Charlotte von Orléans an die Kurfürstin Sophie von Hannover, 2 vols. [Hannover: Hahn’sche Buchhandlung, 1891]), Madame describes her annoyance with the atmosphere at court: “Wir hetten schir keine commedien mehr gehabt: die Sorbonne, umb dem König zu gefahlen, hatt sie wollen verbietten laßen, der ertzbischoff von Paris aber undt pere de la Chaise sollen zu dem König gesagt haben, daß es zu gefährlich were de banir les divertissements honnestes, weillen es die jugendt zu mehren abscheülichen lastern treiben würde. Also ist die comedie gottlob geblieben, welches, wie man versichert, des großen manns alte hutzel [i.e., Maintenon] greülich verdrießen solle, weillen die abschaffung von der comedie von ihrem ahnstalt war. Sie soll auch hirauff dem ertzbischoff von Paris undt beichsvatter sehr gedrewet haben. So lang man die comedien nicht gantz abschafft, werde ich immer ‘nein gehen, man mag auch die pfaffen in den cantzlen so viel dagegen bleren machen, alß man will.”

[52] Van der Cruysse, “Madame musicienne,” chap. in Madame Palatine, 470–72; Bodemann, Aus den Briefen, 2:77, letter of June 3, 1704.

[53] Her accounts, reviewed with care by Madame herself, are preserved in the Archives Nationales (F-Pan R4, 1071–1093) and record the following expenses each year until her death: “A Nicollas Vallaron, pour avoir montré à jouer la guitare à Son Altesse Royale, 500 livres” and “A Jean Hurel pour l’entretien de la guitare, 120 livres.” She was also the dedicatee of a collection of guitar music: Antoine Carré, sieur de La Grange, Livre de guitarre […] et La manière de toucher sur la partie ou basse continue (Paris: n.p., 1671).

[54] The first list of the maison appears in the 1652 edition of L’État de la France (without naming any officers). A slightly more informative source is the Estat des officiers de la maison de Monseigneur le duc d’Aniou (Paris: Marin Leché, 1652) [F-Pn Z FONTANIEU 214 (3)], 9, which leaves most of the names of officers blank but describes the second position for lute as being divided into quarters and paid 400 livres per quarter; two of the officeholders were named: Antoine Marut and “du Jardin.”

[55] F-Pan Z1a 515, “Etat général des Officiers de la maison de Mons.gr Le Duc d’Anjou. Année 1655,” fol. 172v. He is listed after the young prince’s dancing master, Jean Regnaud, who was paid 1200 livres.

[56] Cited in Théophile Lhuillier, “Note sur quelques artistes musiciens dans la Brie,” in La Vie musicale dans les provinces françaises, 8 vols. (Meaux: J. Carro, 1870; reprint, Geneva: Minkoff, 1974), 3:20: “Aujourd’hui, trentième jour du mois de septembre mil six cent soixante-trois, Monseigneur fils de France, frère unique du Roy, duc d’Orléans, de Valois et de Chartres, estant à Paris, estant bien informé de la capacité que Damien Le Vert s’est acquise en la musique, Son Altesse royalle la retenu et retient en la place de l’un des deux tailles-basses de sa musique dont estoit cy-devant pourvu Jean Gourlin et à présent vacante par sa démission; pour ladite place avoir, tenir et désormais exercer, en jouir et user par ledit Le Vert aux honneurs, auctoritez, priviléges, franchises, libertéz, gages, droicts, fruicts, profictz, revenus et émoluments y appartenants. Veut et ordonne sadite Altesse Royalle que ledit Le Vert soit à l’avenir couché et employé en la susdite qualité dans les Estatz de sa maison, en vertu du présent brevet qu’elle a pour tesmoignage de sa volonté signé de sa main et faict contresigner par moy son contrôleur et secrétaire de ses commandements, maison et finances.” The order is signed by Philippe, along with another illegible signature.

[57] Érik Kocevar, “Jean-Henry d’Anglebert ou Jean Henry, dit Anglebert? Mise au point sur le véritable nom des d’Anglebert à la lumière de documents d’archives inédits,” Ostinato rigore: Revue internationale détudes musicales 8–9 (1997), 80–84.

[58] See Thomas Leconte, “La musique de la Chambre du roi au temps de Marin Marais,” Marin Marais: Violiste à l’Opéra, ed. Benoît Dratwicki (Versailles: Centre de Musique Baroque de Versailles, 2006), 78, and Benoit, Versailles et les Musiciens du Roy.

[59] For example, Adam Roussel appears as “Musicien de Monsieur” in the baptism of his daughter on April 1, 1680; see Yolande de Brossard, ed., Musiciens de Paris, 15351792 d’après le fichier Laborde (Paris: A and J. Picard, 1965), s.v. “Roussel.” Roussel was evidently a singer, since the baptismal record of his son on February 6, 1684, lists him as a maître à chanter, but there are no other documents linking him to Monsieur.

[60] The Palais-Royal has a very complex history of destruction and remodelling; see Tony Sauval, “Le Palais-Royal de la mort de Richelieu à l’incendie en 1763,” Bulletin monumental 120, no. 2 (May 1962), 173–90; Jacques Boulet and Philippe Gresset, Le Palais-Royal, un fragment de ville (Paris: U.P.A.I, 1984); and Champier and Sandoz, Le Palais-Royal.

[61] Catalogued in Suzanne d’Huart, Archives de la maison de France (Branche d’Orléans), vol. 1, Fonds de Dreux, 300 AP I, 1-2634, (Paris: Archives Nationales, 1976). The fonds do contain the inventaire après décès for Philippe I, Philippe II, and Elisabeth-Charlotte d’Orléans, and lists of items offered for sale after their deaths, but few artistically related materials appear (other than collections of paintings).

[62] F-Pan 300 AP I 761, p. 239: “Par un contrat du 5 Avril 1688 Monsieur a fondé 2200lt de rente pour l’Entretien de 4 prestres et deux freres de la Mission pour desservir sa chapelle du d. Palais [Saint-Cloud].… Monsieur par le meme contrat s’est engagé a l’entretien de six enfans de choeur pour le service de la d. chapelle.”

[63] Érik Kocevar and Yolande de Brossard, États de la France (16441789): La musique (Paris: Picard, 2003); Albert Cohen, “L’Etat de la France: One Hundred Years of Music at the French Court,” MLA Notes 48, no. 3 (March 1992): 767–805. The following analysis of the officers of the maison is also drawn from the following manuscript états: “Etat général des officiers et la maison de Monsgr Le Duc d’Anjou. Année 1655,” F-Pan Z1a 515; “Etat général des officiers de la Maison de Monseigneur fils de France frere unique du Roy duc D’orleans,” F-Pan Z1a 516, for the years 1663 (lists only positions, not the names of the office holders) and 1700; “Etat général des officiers de la Maison de Monseigneur fils de France frere unique du Roy duc D’orleans” F-Pan Z1a 517 for the years 1669, 1689, and 1701. A complete listing of positions described in these sources and the musicians who filled them can be found in Appendix 1.

[64] F-Pan Z1a 519, fol. 117r, “Etat des Officiers de la Maison de feu Madame Duchesse D’Orléans que sa Majesté a voulu estre reservés pour jouir des Privileges.”

[65] F-Pan O1 3715, “Abregé des Estates de la Maison de la Reyne et des attributs aux officiers chacun en particulier, 1676,” unnumbered folio: “Outres les musiciens qui ont des brevets il y a enleve une voix de concordant, une voix de taille, deux dessus de violon, deux tailles de violon et une basse de violon qui servent toujours et qui [sont] payez par ordonnances.” The Abregé lists the names of the extra musicians: Gay, voix de concordant, Le Peintre and La Fontaine, dessus de violon, “deux huguenets,” tailles de violon, Bernard, voix de taille, and “Marchand,” basse de violon.

[66] La Gazette de France (1660), 748: “Le 12 [Août] Sadite Majesté estant allée en la délicieuse Maison de Monsieur, à St. Clou, où se trouvérent, aussi, la Princesse d’Angleterre, les Niéces de Son Eminence, et quantité de Seigneurs et Dames: apres que cette illustre Compagnie se fut promenée dans les Jardins, où l’on entendoit, cependant, un charmant Concert de Violons, Elle y fut divertie par la Comédie Espagnole, et ensüite, régalée d’une Collation, où ce Prince fit également éclater la magnificence et la politesse qui lui sont ordinaires: et, enfin, il y eut un Bal des mieux éclairez et des plus agréables, qu’il commança avec cette jeune et belle Princesse.”

[67] Laurent, Lettre en vers a leurs altesses royales Monsieur et Madame, May 23, 1677, F-Pa Fol B 859, 2–3: “Mercredy nostre Auguste Reine| De qui la vertu se tient vaine| D’accompagner toûjours les pas,| Fut prendre sa part des ébats| Que dans Saint Cloud Vos deux Altesses| En innocentes allegresses| Prennent galamment chaque jour.| De tous vos violons la bande| Faisoit la feste encor grande,| Car pendant la collation| Ils joüoient sans confusion| Des airs nouveaux, par qui l’oreille| Estoit chatoüillée à merveille”; Mercure (March 1692): 19; (August 1698): 272–73.

[68] There may have been, at an earlier time, a larger band, as Robinet reports the presence of twelve at a fête at the Palais-Royal in 1667. Lettre en vers à Madame, February 13, 1667, in Les Continuateurs de Loret, 653: “PHILIPPES, plus beau qu’ADONIS| Tant en luy sont d’Appas unis,| Et son adorable HENRIETTE,| L’Auguste Objet de ma Muzette,| Sont venus au PALAIS ROYAL| Faire un Bouquet de Carnaval| Là, par un plaisir délectable,| Souvent je les ay vûs à Table,| Tandis que douze Violons,| Qui sembloyent autant d’Apollons,| Régaloyent leurs fines Oreilles| Par mille charmantes merveilles.”

[69] F-Pn Rés LA-ANET JEAN BAPTISTE-1, fol. 1r: “En la presence des Conseillers du Roy, Notaires Gardenotes en son Chastelet de Paris soussignez Jacques Du Vivier, Jacques Nivelon, edme Dumont, pierre Marchand, Jean Baptiste Anet, Guillaume Dufresne, et Jean Baptiste Prieur tous Violons de Monsieur tant pour eux que pour les Camarades au nombre de neuf Confesse avoir receu comptant de Mre Charles Lebesgue Sr de Majainville Concer secretaire du Roy tresorier gnrl des maisons finances de M. S.A.R. la somme de Dix huit cent livres a eux ordonné pour leurs gages et nouriture … dans les six derniers mois de l’année derniere 1694. dont, &c. quittant, &c. Fait & passé à Paris en l’Etude de Bellanger le Jeune, l’un des Notaires sousignez, l’an mille six cent quantre-vingt quinze. Le Vingtieme Janvier,” signed “Prieur, Du Vivier, Dufresne, Jean Baptiste Anet, Edme Dumont, J. Nivelon, Marchand” and “Bellanger.” This manuscript, one of a number written on vellum and originating from the archives of the Hotel de Ville (destroyed in 1871), was preserved in the private collection of the marquis Auguste-Henry-Edouard Queux de Saint-Hilaire (1837–1889), and donated to the Bibliothèque Nationale after his death. Another member of the violin band was probably Jean-Baptiste Reffier (one of the king’s Twenty-Four Violins beginning in 1694), since a “Reffier” paid his Capitation tax as a member of the music of Monsieur in 1695, according to Norbert Dufourcq, “Notes et documents sur la capitation payée par les musiciens de Paris en 1695,” XVIIe siècle 21–22 (1954): 485. Two notarial documents likewise exist for the widow of François Nivelon describing him as “Ordinaire de la musique du duc d’Orleans, frere du roi” [F-Pan MC XXVI, 236 and IX, 597, dated 1708 and 1714]; he was thus probably older than Jacques, whose notarial records indicate he was still living in 1715 and employed as “Ordinaire de la musique du Roi” (MC IX, 600, 22 Feb. 1715), despite there being no trace of him in LÉtat de la France.

[70] F-Pan MC IX, 576, cited in Benoit and Dufourcq, “Documents du Minutier Central,” 233, Vente de Charge (December 10, 1709): “Claude Desmatins, l’un des vingt quatre joueurs de violon ordinaire de la Chambre du roy, demt rue St Thomas du Louvre, par. St Germain l’auxerrois…, a vendu a Noel Convercet, officier de feue S.A. Monseigneur le duc d’Orléans, demt au bout du Pont Notre Dame … la dite charge de l’un des vingt quatre joueurs de violon ordinaire de la Chambre du roy” Brossard, Musiciens de Paris, s.v. “Converset”; Dufourcq, “Notes et documents sur la capitation,” 485.

[71] F-Pan MC XXXVIII, 11 (August 18, 1673), cited in Michel Antoine, “Note sur les violonistes Anet,” ‘Recherches’ sur la musique française classique 2 (1961–62): 81. After his death, his widow claimed that he was owed “deux années escheues au dernier décembre 1709 par le trésorier de S.A.R. Monseigneur le duc d’Orléans des gages et de la pention dudit deffunt Sr Anette, à raison de 400 livres de gages et de 200 livres de pention par chacun an, avec la portion de temps desdits gages et pention depuis le 1er Janvier dernier jusqu’au jour du décès dudit sieur Anette”; MC X, 295, cited in Antoine, “Anet,” 84n4.

[72] Brossard, Musiciens de Paris, s.v. “Pierre Marchand.”

[73] Mercure (June 1679): 184–86: “Le 14 de ce Mois, on chanta dans l’Eglise des grands Augustins un Te Deum pour la Paix, accompagné d’un fort beau Motet. C’estoit une Assemblée genérale des Chantres & de la Symphonie de Paris, composée de toute la Musique de Nostre-Dame, de la Sainte Chapelle, de Saint Germain de l’Auxerrois, & d’une partie de celle des Saints Innocens. Il y avoit une élevation dans le Jubé pour mettre les Violons, qui estoient des Vingt-quatre de Sa Majesté, & de son Altesse Royale Monsieur. Ils se méloient avec émultion dans les Chœurs des Musiciens, qui se surpasserent à l’envy les uns des autres. Les Paroles du Motet portoient tout le monde à remercier le Ciel de la Paix.… Elles estoient de Mr Marests, Docteur de Sorbonne, Curé de S. Jean le Rond, & avoient esté mises en Musique par le Sr Mignon, Maistre de la Musique de l’Eglise de Paris.”

[74] Mercure (July 1679): 340: “Le Lundy 24. de ce Mois, Mr de Boisfranc, Sur-Intendant des Finances & Bâtimens de Monsieur, eut l’honneur de la recevoir dans sa belle Maison de S. Oüen”; Mercure (July 1679): 349–50: “La Troupe des Violons de Son Altesse royale, qui avoient joüé pendant le Repas dans une distance assez éloignée, continua pour une maniere de petit Bal qui se fit dans une des deux Salles qui accompagnent le grand Sallon. Monsieur, Madame, & Mademoiselle, y danserent plusieurs fois, ainsi que Madame la Duchesse de Foix, Mademoiselle de Vaillac, & Mademoiselle de Boisfranc. Du costé des Hommes, Mr le chevalier de Lorraine, Messieurs les Duc del Sesto, & de S. Pierre, Mr le Prince de Saxe Eysenach, Mr le Rotgrave, & Mr le Chevalier de Chastillon.… Le Bal finit par quelques Entrées de Sarabande, que firent au son de la Guitarre par les meilleurs Danceurs de l’Opéra, & par d’autres Dances à la Bohëme, & d’autres de sa suite, avec le Tambour de Basque & les Castagnetes.”

[75] F-Pan MC XXXIV, 199, February 14, 1673, cited in Madeleine Jurgens and Elizabeth Maxfield-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe (Paris: Imprimerie Nationale, 1963), 549–50.

[76] John S. Powell, “Musical Practices in the Theater of Molière,” Revue de musicologie 82, no. 1 (January 1996): 7–18, and Music and Theatre in France, 16001680 (Oxford: Oxford University Press, 2000), 390, 400–402. The violinists named in these productions, besides Du Vivier, Marchand, and Convercet, were Dufresne and Du Mont, along with another instrumentalist who does not appear in other documents of the band: a “Courcelles.” A “La Montagne” and Nivelon are also mentioned as taking part in 1674, and Nivelon’s name appears in Charpentier’s score for Le Malade imaginaire.

[77] Les Plaisirs de l’isle enchantée (Paris: Robert Ballard, 1664); see Powell, Music and Theatre in France, 403–4.

[78] F-Pan Y 243, fol. 235v, 1683, Feb. 17., quoted in Benoit, Versailles, 36n2. Quicler and his family spell their names in different ways on the 1717 marriage contract of Jean’s son (F-Pan MC XX, 453), a document which refers to Jean as “ordinre de la Musique de S. A. R. Monseigneur Le Duc d’orleans Regent du Royaume.”

[79] Mercure (April 1681), 336.

[80] Charles Robinet, “Lettre en vers à Madame,” January 14, 1668, ed. in Yolande de Brossard, “La Vie musicale en France d’après Loret et ses continuateurs,” Recherches’ sur la musique française classique 10 (1970): 155. As an organist, Etienne Richard’s presence here is apparently a separate item, and the poet-chronicler Robinet seems to indicate that he performed following the group of three instruments.

[81] Pierre is listed as taille-basse in the état of 1655 (F-Pan Z1a 515) and in l’État de la France of 1665. It is presumably he who appears as “Pierre Antoine” in two archival documents cited in Brossard, Musiciens. A “Pierre Antoine” also appears as “joueur de viole” in the royal Musique de la Chambre during the first half of 1664 (Benoit, Musiques de cour, 10).

[82] Du Pradel, Livre commode d’adresses de Paris, 2d ed. (1692), quoted in Benoit, Versailles et les musiciens du roi, 412. Du Pradel also lists a Garnier (presumably the organist Gabriel Garnier) as a Maître pour l’Orgue et Clavecin at a different address, rue Travertine. Gabriel Garnier is an unlikely candidate for a member of the Petit musique, since he died around 1730 and must have been very young in 1668. In 1669, a Jean Garnier is listed as “ord. de la mus. de la feue reine mère, dem. rue St.-Honoré” (Brossard, Musiciens, s.v. “Garnier, Jean”).

[83] Mercure (October 1699): 224. Monsieur also made use of the king’s oboes when Louis was visiting his chateaux; for example, during the court’s journey to Chalons, they stopped at Villers-Cotterets on February 20, 1680, and “On fit venir hier au soir, chez la Reine les Violons de Monsieur, & les Hautbois des Mousquetaires. Le Reine commença le Bal avec Monsieur. Monsiegneur le Dauphin dansa ensuite avec la Princesse de Conty. Un moment apres, la Reine sortit pour s’habiller en Masque & rentra, dans la salle du Bal, suivie de Monseigneur le Dauphin, de Monsieur, du Prince de Conty, du Prince de la Roche-sur-Yon & du Comte de Vermandois” (Gazette [Feb. 1680], 106).

[84] See Patricia Ranum, “A Sweet Servitude.” Charles-Hubert Gervais did hold the position of garçon de la chambre, but it was inherited from his father, and he simultaneously held the position as intendant of the Orléans’ musique.

[85] Matthieu Marais, Journal de Paris, ed. Henri Duranton and Robert Granderoute, 2 vols. (Saint-Étienne: Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2004), 1:701: “Nous avons [vu] mourir à quatre-vingt-douze ans, en 1722, un autre Ythier, aussi musicien, qui avait été de la musique des rois Louis XIII et Louis XIV, et qui a un gendre nommé Lagneau, le meilleur maître à chanter de Paris, dont la femme joue très bien du dessus de viole, en sorte que ces Ythier datent de trois cents ans de famille musicienne de Paris.”

[86] Françoise Moureau, “Nicolas Hotman: Bourgeois de Paris et musicien,” Recherches’ sur la musique française classique 13 (1973): 5–22

[87] Norbert Dufourcq, “Notes sur les Richard, musiciens français du XVIIe siècle,” Revue de musicologie 36, no. 4 (December 1954): 116–33. The first état to mention him in the position is that of 1665. Dufourcq also claims that Richard worked for Monsieur from 1657. Richard was also simultaneously organist at Saint-Jacques-de-la-Boucherie and joueur d’épinette in the royal Musique de la Chambre from 1657 onward, where he also played viol and became a well-known figure through his performances in court ballets. He served as Louis XIV’s harpsichord teacher; see Jérôme de la Gorce, Jean-Baptiste Lully (Paris: Fayard, 2002), 84–85. According to the états, his 800-livre gages as harpsichordist were reduced to 400 when he took the position as violist (which paid 400), so he may have already been serving in that capacity.

[88] F-Pan Z1a 517, “État général des Officiers de la Maison de feu Monseigneur fils de France, Année 1700” (and 1701). These manuscript états may have reflected actual practice more closely than L’État de la France; these two états begin to list François Martin fils in his father’s position, probably having taken over earlier, a point that presumably went unmentioned in the L’État de la France.

[89] Dufourcq, “Notes et documents sur la capitation,” 488.

[90] For a listing of musical items in the inventaire, see ref. 119.

[91] Mercure (January 1687), 2:165. The fête was also described by Dangeau and the Gazette de France (November 1686): 700.

[92] Robinet, Lettre en vers de Madame, December 20, 1665: “A la Teste de cette Epître| Je dois mettre pour beau Chapitre| Que, comme le cher Rendez-vous| Des Sçavantes Soeurs est chez vous,| L’aimable et charmante Uranie, [in margin: Mme Mesnardeau {Champré}]| Par une fine Symphonie| Et les miracles qu’elle fit,| N’aguére encore vous y ravit.| Que ses Violons, ses Violes,| Qui sembloyent former des Paroles,| Ses Théorbes, ses Clavessins,| Touchez par de maîtresses mains,| Sous ses loix faisoient des merveilles,| Pour vos délicates Oreilles,| Et que l’on jugeoit aisément,| Dans ce Concert doux et charmant,| Qu’elle, ainsi que toute la Troupe,| Estime avoir le vent en poupe| Lors qu’elle peut vous divertir.” In this case, however, Robinet seems to indicate that the ensemble had been brought by Catherine-Henry Menardeau-Champré.

[93] See Laurence Decobert, Henry du Mont (16101684): Maistre et compositeur de la musique de la chapelle du roy et de la reyne (Wavre: Mardaga, 2011), 60–63.

[94] Brossard, Musiciens de Paris, s.v. “d’Anglebert.”

[95] Brossard, Musiciens de Paris, s.v. “Garnier, Gabriel.”

[96] Nevertheless, some of the musicians he engaged in the 1660s seem to have continued to hold positions in the royal household; according to L’État de la France of 1692 (p. 186), Louis Duhamel had been paid as basse-taille in the Royal chapel from the Cassette du Roy since 1665.

[97] This was the case for Jean-Baptiste Anet père (who nevertheless seems to have remained in Monsieur’s service and collected his pay until his death) and for Pierre Marchand, who reports in a letter that his initial attempt to join the Vingt-Quatre in 1686 was foiled by “des envieux” (perhaps other members of Monsieur’s bande), who kept him so busy that he was unable to conclude the negotiations; he finally became a member around 1699 (letter, dated “De Paris. 1686, 30 Aug.,” to Jean Le Roux; see Benoit, Versailles, 111).

[98] According to documents assembled by Charles Nuitter and Ernest Thoinan, Les origines de l’Opéra Français d’après les minutes des notaires, les registres de la conciergerie et les documents originaux conservés aux Archives Nationales, à la Comédie Française et dans diverses collections publiques et particulières (Paris: Plon, 1886; reprint, Geneva: Minkoff, 1972), 188, his titles were “escuyer, seigneur de Sablières, de la Triballe et de Champlong, vicomte de Condry, et seigneur de Neuvy en partie, conseiller maître d’hôtel ordinaire du Roi, intendant et contrôlleur général des meubles de la couronne de France, et intendant de la musique de Monsieur, frère du Roi.” Other archival documents reveal that he had numerous contacts with the circle around Molière; see Duchêne, Molière, 389, 510, 526–27.

[99] Damien Vaisse, “André Campra aux États généraux de Languedoc,” in Itinéraires d’André Campra: D’Aix à Versailles, de l’Église à l’Opéra (16601744), ed. Jean Duron (Wavre, Belgium: Mardaga, 2012), 13–14.

[100] Dufourcq, “Notes sur les Richard, musiciens français du XVIIe siècle,” 116–33. The first état to mention him in the position is that of 1665. Dufourcq also claims that Etienne worked for Monsieur from 1657. Monsieur’s connection to Richard seem to have begun before his marriage to Henriette, however, because the prince was godfather to one of Richard’s children in 1658, according to Loret, Muze historique, 12 Jan., 1658 (2:431): “Dans la Chapelle de la Reine,| Qui, de Gens, êtoit presque pleine,| Le Frère de Sa Majesté,| Prince, d’admirable bonté,| Et dont, par-tout, le renom brille,| Tint, l’autre-jour, le Fils, ou Fille| Du Sieur Richard, qui de ses doigts,| Charme les Princes et les Rois [marginal note: M. Richard est ce trés-excellent Organiste de Saint-Jacques de la boucherie]|.… Une Dame agréable et sage| Qui par les droits du Mariage,| Et par la volonté de Dieu,| Est Marquize de Richelieu,| Avec Monsieur, fut la Mareine,| Qui donna le Nom de la Reine [marginal note: Anne]| A l’Enfant du susdit Richard.”

[101] On Hardel’s life, see the richly documented introduction to Denis Herlin’s edition of his Pièces de clavecin (Monte Carlo: L’Oiseau-Lyre, 1991). In a portrait of Anne Marie d’Orléans [“Mademoiselle”], the Mercure ([November 1679]: 213–16) listed “des Hommes choisis qui ont travaillé à son éducation” as “Mr des Airs pour la Danse, feu Mr Hardel & Mr d’Anguelberg pour le Clavessin, & Mr Clement pour la Musique, sont ceux qui ont esté employez à luy montrer ces beaux Arts.” Hardel is referred to as “officier de Mademoiselle” in 1673–74. Like those by Richard, none of Hardel’s pièces de clavecin (scattered among various manuscript sources) has any clear connection to the Orléans family.

[102] David Fuller and Bruce Gustafson, Grove Music Online, s.v. “Charles Couperin (II)” (accessed January 5, 2012). He probably did not hold the post long, because he died only a few days after the document was issued.

[103] A “Le Vasseur” was listed as a singer participating in Lully’s L’Idylle sur la paix; see La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 320.

[104] Jérôme de La Gorce, “L’Académie Royale de Musique en 1704, d’après des documents inédits conservés dans les archives notariales,” Revue de musicologie 65, no. 2 (April 1979): 178.

[105] F-Pn MS Clairambault 814, p. 351.

[106] F-Pn MS Clairambault 814, p. 348: “Quelques fois les maisons des fils de France et autres Princes qui ont des Etats à la Cour des Aydes, ont soufert la revocation des Privileges, mais aussy ils ont esté retablis. La Maison de Monsieur n’a point recue d’atteint depuis son établissement, mais comme il a grand nombre d’officiers Inutiles, lesquels ayant ny gages, ny function, ne doivent point joüir de ces privileges, on pourroit les retrancher a ceux de cette espece. On les marquera cy-après.”

[107] F-Pan R4 1066, “Present Etat ou Compte de Communauté” (1739), fol. 765r: “S.A.R. deffunt Monsieur avoit prié par son testament S.A.R. deffunt Monseigr. le Duc d’Orleans son fils de garder les domestiques de Sad. A.R. Monsieur ou de recompenser ceux quil ne conserveroit point.”

[108] Jean-Paul C. Montagnier, Charles-Hubert Gervais: Un musicien au service du Régent et de Louis XV (Paris: CNRS Éditions, 2001), 12–26, passim. The importance of familial connections to the Orléans was pointed out by Robert Oresko, “Louis XIV et Monsieur: Versailles et Saint Cloud,” 6, who noted that “certains de ces artistes se sont considérés eux-mêmes et leur famille attachés à la Maison d’Orléans d’une façon qui va au-delà de la protection artistique et qui touche au système de clientèle, impliqué par la succession aux postes et à l’avancement de leurs enfants sous la protection de Monsieur.”

[109] Martins had been employed as musicians from the latter part of the sixteenth century, according to records of the Hôtel de Ville, edited in Henri Herluison, Actes détat civil dartistes, musiciens et comédiens, extraits des registres de lHôtel-de-ville de Paris, détruits dans lincendie du 24 mai 1871 (Orléans: H. Herluison, 1876), s.v. “Martin”: “Le 15e j. [May 1608] fut enterré M. Martin, chantre du Roy et de la Royne Margueritte.” David Tunley, Grove Music Online, s.v. “François Martin (I)” (accessed August 10, 2011) corrects the error that Jean Martin’s Premier livre d’airs (discussed below) was not in fact by François, as Tunley had previously claimed in The French Baroque Cantata, rev. ed. (Oxford: Oxford University Press, 1997), 2. Julie-Anne Sadie, Grove Music Online, s.v. “François Martin (II)” deals not with François’s son (see below) but with the eighteenth-century composer of the same name, possibly related. I use the appellations “père” and “fils” to distinguish François and his son from the eighteenth-century François Martin.

[110] Thus, the assertion by Goulet, Poésie, musique et sociabilité, 554, that Martin was a member of the musique of Gaston d’Orléans in 1658 is incorrect.

[111] L’Ovide en belle humeur de Mr Dassoucy, enrichy de toutes ses figures burlesques (Paris: Charles de Sercy, 1650), 99, cited in Catherine Massip, L’Art de bien chanter: Michel Lambert (1610–1696) (Paris: Société Française de Musicologie, 1999), 51. Massip also notes (p. 299) connections between Lambert and the Martin family: according to the inventaire après décès of Gabrielle Dupuis, Lambert loaned 100 livres to a Martin in 1643.

[112] Brossard, Musiciens, s.v. “Martin”: “1661, Nov. 27: Bapt. de François, fils de François Martin et de Marie Garnier. St.-G.-d’A.”

[113] F-Pan Y 238, fol. 255r, cited in Françoise Gaussen, “Actes d’état-civil de musiciens français: 1651–1681,” Recherches’ sur la musique française classique 1 (1960): 151–203, s.v. “Martin, François”: “1680, 10 Juin. Secrétaire de la Chambre du Roi et Ordinaire de la musique du duc d’Orléans. Demeure à Paris, rue Neuve Saint-Honoré, paroisse Saint-Eustache. Contrat de mariage avec Louise de Bombelles, fille du Sieur de le Vau et de la Fontaine, écuyer.”

[114] François père and his wife established a pension for Pierre, dated April 22, 1665, which refers to him as their son: F-Pan Y 207, fol. 253 (3.114), cited in Gaussen, “Actes d’état-civil de musiciens français,” s.v. “Martin, François”: “Fait, avec sa femme Marie Gamier, constitution d’une rente à son fils Pierre Martin.” Jean Martin’s Inventaire après décès (F-Pan MC LXXVII 114, fol. 1r) refers to him as the brother of François’s widow and the uncle of her children.

[115] Mercure (April 1678): 71–73: “Il est temps de vous donner à mon ordinaire de quoy exercer vostre belle voix. Lisez ces Paroles que vous trouverez en suite notées. Elles ont esté mises en Air par Mr Martin le Fils. Le mérite du Pere est connu de tous ceux qui aiment la Musique; & ce que je vous envoye du Fils vous persuadera aisément qu’on a eu raison d’attendre beaucoup de luy. Il s’est acquis de l’estime par la maniere dont il jouë du Clavessin, de la Basse & du Dessus de Viole, & il est à croire qu’il n’en acquerra pas moins en s’appliquant à la composition des airs.”

[116] F-Pan MC LXXVII 114, inventaire après décès of Jean Martin, fol. 1r: “damoiselle marie magdaleine [Durin] veuve de sieur françois Martin directeur des aydes de Colommiers demeurant rue des Vieux augustins pare Saint Eustache.”

[117] Du Pradel, Le Livre commode des adresses de Paris (1692), quoted in Benoit, Versailles et les musiciens du roi, 412, lists Martins at three different addresses: one under “compositeurs,” living in the “rue des saints Pères,” one under “Maîtres pour l’orgue et le clavecin” in the “rue de l’Échelle,” and finally one who lived in the rue de Richelieu (Jean’s address) listed under “Maîtres pour le clavecin” as “encore un fameux pour la [sic] Clavesin.” None of them lived at François père’s old address in the rue neuve St. Honoré. Jean was active in the lives of Monsieur’s musicians, as he is named among those gathered at the home of Jean-Baptiste Anet to choose a tutor for his children (F-Pan Y 4051 “Actes relatifs à l’élection des tuteur et subrogé tuteur des mineures Anet, 18–23 juin 1695”); this list includes “Jean-Henry Danglebert, ordinaire de la musique de la Chambre du Roy pour le clavecin; Jean Martin, ordinaire de la musique de Son Altesse Royalle Monsieur frère unicque du Roy, duc d’Orléans, demeurant à Paris, susdite rue de Richelieu, et Théobal de Gatti, musicien, demeurant à Paris, susdite rue de Richelieu…” He was almost certainly not the “Ioanne Martin” who published two masses through Robert Ballard in 1653; Brossard’s “Notes pour un dictionnaire historique de la musique” describe him as “sacra facultate Parisiensis Baccalaureo, nec non curato de oratorio supra Trezeam diocesis Altissiodovensis”; see Laurent Guillo, Pierre I Ballard et Robert III Ballard: Imprimeurs du roy pour la musique, 1599–1673 (Spirimont, Belgium: Mardaga, 2003), 1653-H and 1653-I.

[118] F-Pan MC LXXVII 114, fol. 5r.

[119] F-Pan MC LXXVII, 114, excerpts related to music, fol. 3v: “Item. Un Clavessin ouvrage de paris de [illeg.] bois peint à un Clavier posé sur deux tretaux prisé de quatre cents livres.… Item. Un autre grand clavesin de flandre à deux claviers posé sur son pied prisez au cinq cent livres.… Item. Une basse de Violle et sept dessus de violles garnys en part de cordes et archets. prisez trente livres XXXlt.”; fols. 5v–6r: “Item. un dessus de Violle, prisez quatre livres. Item: environ deux Rames de papier de Musique dont Cantades sonnades et Opera, Etc. tant francoise qu’Italien les uns imprimées et d’autres Ecrit a la main prisez li [6] lt”; fol. 6v: “Item. Quatre livres d’opera Relié avec quatre autres livres nottés aussi reliez prisez dix livres Xlt”; fol. 7v: “Item. Un Receu signé Certin du deux avril [illeg] de la somme de six cent livres au nom dudit deffunt par les mains dud. deffunt d’une vente d’un Clavesin.”

[120] Mercure (September 1689): 21: “C’est un concert qui s’est fait une fois chaque semaine presque pendant tout l’Esté chez Mr de Mallebranche, Conseiller au Parlement de Paris. La Musique est de la composition de Mr Martin, et l’on peut juger par les frequentes repetitions de ce Concert, dont plusieurs personnes de la premiere qualité ont demandé la continuation lors qu’on estoit sur le point de les cesser, combien on en a receu de plaisir. Cette petite Pastorale qui a pour titre, Les Bergers heureux, est de Mr de Tonti, Gentilhomme Italien, dont je vous ay quelquefois envoyé des Vers que vous avez trouvez fort galants.”

[121] This precedent had been set by Fouquet, whose overly elaborate fêtes for the king contributed to his downfall in 1661. In later years, Louis XIV continued to discourage courtiers from staging such overly elaborate fêtes; one example reported by the Mercure (March 1692): 281–82 involved the king’s refusal to allow the prince de Condé to stage such a fête at Chantilly: “Le Roy à son retour a fait l’honneur à Monsieur le Prince, de sejourner un jour dans sa delicieuse Maison de Chantilly.… Monsieur le Prince auroit bien voulu suivre le panchant, où il est naturellement entraîné par la magnificence qui luy est ordinaire, et traiter le Roy et toute la Cour avec la profusion, la delicatesse, et l’ingenieuse maniere dont il a accoutumé de la regaler; mais le Roy n’ayant pas voulu y consentir, ce Prince fut obligé de suivre les ordres de Sa Majesté.”

[122] Gazette de France (June 1659): 1018: “Le 5, Leurs Majestez, avec lesquelles estoyent Monsieur, Mademoiselle, Son Eminence et une grande partie des Seigneurs et Dames de la Cour, allérent par eau, sur une Galiote des plus galamment ajustée, en la Maison de Plaisance de ce Prince, à Saint Cloud, où il les traita avec une splendeur et magnificence merveilleuse; la bonne chére ayant esté accompagnée de délicieux Concerts et de plusieurs autres alégresses.”

[123] Gazette de France (August 1660): 748: “Le 12 [Août] Sadite Majesté estant allée en la délicieuse Maison de Monsieur, à St. Clou, où se trouvérent, aussi, la Princesse d’Angleterre, les Niéces de Son Eminence, et quantité de Seigneurs et Dames: apres que cette illustre Compagnie se fut promenée dans les Jardins, où l’on entendoit, cependant, un charmant Concert de Violons, Elle y fut divertie par la Comédie Espagnole, et ensüite, régalée d’une Collation, où ce Prince fit également éclater la magnificence et la politesse qui lui sont ordinaires: et, enfin, il y eut un Bal des mieux éclairez et des plus agréables.”

[124] Letter from Mme de Brégy to the marquis de Sablé, dated September 19, 1675, edited in Victor Cousin, Madame de Sablé: Nouvelles études sur la société et les femmes illustres du XVIIe siècle, 2nd ed. (Paris: Didier, 1859), 411: “La Reine et madame de Toscane vont [aujourd’huy] à Saint-Cloud dont la naturelle beauté sera rehaussée de toutes les musiques possibles et d’un repas magnifique.”

[125] “La feste de Saint Cloud, ou le régale fait au Roi, par Monsieur, l’11 d’Aoust 1672,” Gazette de France (1672): 818–26: “La charmante Maison de S. Cloud en estant un des plus rians lieux.… [Sa Majesté] se proposa d’y venir à la Promenade: & l’ayant témoigné à Monsieur, & à Madame, Leurs Altesse Royales s’y rendirent, de S. Germain, le lendemain 11 de ce mois, afin d’y faire préparer toutes choses pour y recevoir Sa dit Majesté.… [p. 819] Sa Majesté s’y rendit sur les cinq heures du Soir, qui fut, extraordinairement beau: & une partie des Seigneurs, & de Dames de la Cour, vinrent, aussi, contribuer à cette Feste, avec toute la lestitude, & l’enjoüement imaginable, pour plaire à ce Héros, si digne.

L’abord de la Compagnie, fut au Vestibule, qui luy présenta dequoy satisfaire pleinement, la vüe, & l’Odorat, par quantité de Cuvettes & de Pots de Fleurs, dont il estoit orné, ainsi que la Balustrade de l’Escalier, tout au pourtour, depuis le bas jusques en haut. De ce Vestibule,… on passa vers l’Allée d’Eau, qui est vis à vis l’Appartement de Monsieur: laquelle se trouva, aussi, remplie de quantité de Vases, & de Fleurs … disposez le long des [p. 820] Bassins, avec une Symétrie qui en augmentoit l’agrément … & afin qu’aucun des Sens, en pust se plaindre du plaisir des autres, il y avoit des Hautbois cachez…, qui joüoyent d’agréables Airs, lesquels charmans l’Oreille, augmentoyent la joye de cette Royale Compagnie.

Elle monta là, dans des Caléches, qui avoyent esté préparées pour la Promenade.… Elle se fit le long de la Cascade, du grand jet … & du Bassin des treize Fontaines, autant d’Objets capables de rendre une Promenade tout à fait charmante: & la Compagnie descendit de-là, pour entrer dans un Cabinet appellé le Cabinet de l’Aigrette. Il est cachée dans des Pallissade qui l’environnent, & qui forment un Labyrinthe, qui en défend l’entrée, de maniére qu’on ne la trouve, qu’apres l’avoir cherchée, par des Allées qui se confondent les unes dans les autres: mais il est si plaisant de s’y égarer, qu’on n’a pas moins de plaisir en cet égarement, qu’à se trouver, ensuite, dans ce Cabinet, qui fournit à la Vüe, une diversité merveilleuse, d’Objets, dont elle est comme enchantée. Il est orné, tout à l’entour, de Siéges, & de Carreaux de Gazons, avec des Pyramides aux quatre coins: & du milieu, il sort une Aigrette d’eau des plus belles, de laquelle il tire son nom. [p. 822] Tandis que cet auguste Assemblé se laissoit charmer la Vüe & l’Odorat, par la décoration & les parfums d’un Rédüit si delicieux, Elle fut agréablement, surprise, par un excellent Concert de Violons, cachez derriére les Pallissades, dont l’Oüye fut, aussi, des mieux divertie.

[p. 823] Parmi les Plaisirs que causoyent tant de galantes choses, il n’y avoit plus que le Goust qui pust avoir quelque jalousie des autres Sens, n’ayant point, encore, jusques-là, trouvé la satisfaction qui luy estoit duë: mais … pour le satisfaire, on servit, dans ce charmant Pavillon, une Collation où la Magnificence, & la Politesse parurent également.… Les Hautsbois, & les Violons qu’on avoit entendus separément, jouërent, à lors, ensemble, puis se répondirent par Echo, auquel celuy des Lieux circonvoisins se mesla si agréablement, qui jamais, il n’y eut tant de plaisir à l’entendre.

[p. 824] Comme les agréables Surprises en ce Lieu succédoyent les unes aux autres, on en eut une merveilleuse, à l’issue de ce superbe Festin, & à sortie du Pavillon, par une Illumination.… La Source de la clarté qui parut dans le sein de la Nuit, [était] une infinité de Lumiéres, dont estoyent remplies, des 2. costez, & à perte de vüe.

[p. 825] On void, ensüite, le grand Jet, éclairé à sept estages.… [p. 826] Mais de tant d’illuminations, celle de la Cascade, parut la plus surprennante. On y voyoit briller un nombre prodigieux de clartez, qui redoubloyent par la réflexion des Miroirs opposez. Ainsi les Torrens d’eau, s’embloyent couler, pesle-mesle, avec ceux du Feu, & ces Elemens si contraires, s’accorder pour la satisfaction du Monarque.

[p. 827] Ensüite du Divertissement de toutes ces brillantes, & admirables choses, accompagné des Fanfares des Trompettes, avec le bruit des Tymbales, auquel se mesloit celuy des Eux, on alla voir les Appartemens du Chasteau, superbement meublez.

[p. 828] Comme les Plaisirs se formoyent là, en Foule, pour combler de delices, tous les Sens on eut, encor, sur ce Théatre si galant, celuy d’une Comédie, représenté par la Troupe Royale: & cette Piéce parut si plaisante, & fut si bien exécuté, qu’elle fit le plus agréable Epilogue du Monde, de tous les Divertissemens. Car cette illustre Compagnie, partit, ensuite, pour retourner à Saint Germain, autant satisfaite que vous pouvez l’imaginer, de ce grand nombre d’Enchantemens. On peut, ainsi, appeler tant de Plaisirs qui avoyent esté préparez en un seul Jour, par les soins du Sieur Guichard, Gentilhomme Ordinaire de Monsieur: le zéle qu’il fait continüellement, voir pour le Service de Son Altesse royale, ayant supplée au peu de temps qu’il eut pour exécuter ses ordres.”

[126] Mercure 4 (1673): 110–11.

[127] Mercure 6 (1674): 47–50: “Monsieur de Boisfranc, Sur-Intendant des Finances de la Maison de Monsieur, regala dans sa Maison de S. Oüen toute cette belle compagnie: On se promena d’abord sur les Terrasses & dans les Jardins, où l’on entendit de tous costez des Violons, des Muzettes & des Hautbois qui estoient cachez derriere des Buissons. Apres que l’on se fut promené long-temps, & que l’on eut visité tous les Appartemens de cette belle Maison, on servit une Collation de viandes & de fruits pour Monsieur & Madame, & pour vingts Femmes de la plus haute Qualité. Le Violons divertirent d’autant plus pendant ce magnifique Repas, qu’ils estoient placez dans un Salon fort propre à bien faire entendre de pareils instrumens, & qui en multiplioit les sons.… Chacun ne fut pas plutost levé de table, qu’on apperçeut au bout du Salon, un Theatre tout brillant, & dont la Décoration n’estoit que de Vazes garnis de fleurs, & de Gueridons dorez, remplit de Girandolles. On representa sur ce Theatre une Piece de Monsieur Racine; le nom de l’Autheur doit faire juger de la beauté de l’Ouvrage; & l’on eut ensuite le Crispin Medecin, Comedie en trois Actes du Sieur de Hautre-Roche, que Monsieur avoit souhaité, parce qu’il l’avoit déja veu, & s’y estoit diverty, ainsi qu’à toutes celles de cet Autheur qui ont toûjours réüssy.”

[128] Ballet royal de la nuict… dansé par sa Majesté le 23 Fevrier 1653 (Paris: Robert Ballard, 1653), 13.

[129] Marie-Françoise Christout, Le ballet de cour de Louis XIV (16431672): Mises en scène, 2nd ed. (Paris: Picard, 2005), 63. Nevertheless, according to the abbé de Choisy (Mémoires, 76–77), Monsieur cross-dressed at one of his own balls: “J’allois au Palais-Royal toutes les fois que Monsieur étoit à Paris; il me faisoit mille amitiés, parce que nos inclinations étoient pareilles; il eût bien souhaité pouvoir s’habiller aussi en femme, mais il n’osoit pas, à cause de sa dignité (les princes sont emprisonnés dans leur grandeur).… Encensé par ses amants, il donnoit tous les ans un grand bal, le lundi gras. Il m’ordonna d’y venir en robe détroussée, à visage découvert, et chargea le chevalier de Pradine de me mener à la courante.… L’assemblée fut fort belle: il y avoit trentequatre femmes parées de perles et de diamants … Monsieur le commença avec mademoiselle de Brancas qui étoit fort jolie (c’a été depuis la princesse d’Harcourt), et un moment après il alla s’habiller en femme et revint au bal en masque. Tout le monde le connut, d’abord il ne cherchoit pas le mystère, et le chevalier de Lorraine lui donnoit la main; il dansa le menuet, et alla s’asseoir au milieu de toutes les dames; il se fit un peu prier avant que d’ôter son masque, il ne demandoit pas mieux et vouloit être vu.”

[130] Isaac de Benserade, BALLET Royale de la naissance de Venus Dansé par sa Majesté, le 26 de Janvier 1665 (Paris: Robert Ballard, 1665), 6, argument: “Madame[,] a qui le ROY en a laissé la conduite, a jugé à propos de le renfermer en douze Entrées: Ceux qui connoissent la Beauté de l’Esprit de cette admirable Princesse, jugeront aisément que les plus agreables inventions luy en sont deuës. Elle a ordonné au Duc de S. Aignan d’y employer ses soins.” Monsieur also participated, dancing as the “Morning star,” which, his vers de personnage says, shines “not as the first light in the sky,” i.e., less brightly than the sun, Louis (p. 10: “Clarté, qui dans le Ciel n’estes pas la premiere.”).

[131] Gazette de France (January 1662), 98 [19 Jan.]: “le Roy, accompagné du Prince de Condé, du Duc d’Engyen, et de quelques autres Seigneurs, tous superbement vestus, s’estant rendu chez Madame, où il y avoit Assemblée de quantité de Dames, aussi, des mieux parées, cette charmante Troupe y dansa un Balet à neuf Entrées, que pour n’avoir esté concerté que du jour précédant, ne laissa pas de paroistre des plus agréables.… Monsieur donna, en suite, le Bal et la Collation, avec toute la galanterie et la sumpüosité que l’on peut s’imaginer.”

[132] Gazette de France (April 1664): 402: “Les Reynes, accompagnées de Monsieur, et de Madame, allérent à Saint Cloud, dans la Berge de cette Princesse: et Leurs Majestez estans descendües en cette délicieuse Maison, se divertirent d’abord à en visiter les beaux Appartemens. Ensuite, il y eut Comédie Espagnole, avec une magnifique Collation: puis un Balet des plus galans, avec un Souper de la mesme force: de maniére qu’il ne manqua rien à ce Régale, ou le Roy se trouva aussi.” Loret reported, (Lettres en vers, 4:190): “De Monsieur, l’Altesse Royale| Fit, l’autre-jour, un grand Régale| En son agréable Saint-Clou| Séjour gay, séjour charmant, où| Les trois Majestez se trouvérent,| Collationnérent, soupérent,| De mets triez sur le volet,| Eurent Comédie et Balet| Et, bref, des yeux et des oreilles| S’y divertissans à merveilles,| Admirans les Apartemens| Et les rares Ameublemens| Dont est richement embellie| Cette Maizon plus-que jolie.”

[133] Gazette de France (September 1665): 959: “Le 26, le roy & la Reyne, avec lesquels estoyent Monsieur, Madame, Mademoiselle … retournérent ici de Villers-Cottrets: y ayant pris pendant quatres jours, entr’autres divertissements, celui de la Promenade, de la Chasse, & d’un Balet de neuf Entrées, dancé par le Roy, Monsieur, Madame, & plusieurs autres des Principaux de leur Suite, & qui fut d’autant plus admiré qu’on ne l’avoir concerté, & composé que le soir du jour precédant.” It is possible that Lalande’s Caprice de Villers-cotterets (S160) was written for a situation such as this, but it is difficult to know because it cannot attached to a particular event or date.

[134] The livret is edited in Édouard de Barthélemy, Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau, sa vie, son journal et la cour de Louis XIV (Paris: A. Aubry, 1862), 17ff. The work is entitled “L’Impromptu de Villers-Cotterêts” and prefaced with the following description: “Le roi voulant se delasser de ses grandes occupations et choisissant pour cela le désert de Villers-Cotterêts, après y avoir pris tous les plaisirs de la promenade et de la saison, souhaite le soir de danser un ballet; le lendemain, on commande au capitaine au château de rassembler les gens de la province qu’il croirait propres à contribuer à ce divertissement.” The two récits are “Il ne faut point hesiter sur ce qu’un tel maistre ordonne” and “Il est vray, Paris a des charmes: Mais ce desert a des Beautez”; see Laurent Guillo, “Recueils de vers mis en chant (1661–1680),” Cahiers Philidor 28 (2004): 27.

[135] Robinet, Lettres en vers, November 1, 1665, edited in Rothschild, Continuateurs: “Cependant une Habile Main, [in margin: Le Sieur de Chambonnières]| S’exerçant sur un Clavessin,| Ravissoit ses fines Oreilles,| Par de Symphoniques Merveilles,| Passans ce que la Fiction| Nous dit d’Orphée et d’Arion.| Mais à la douce Symphonie| De ce miraculeux Génie,| Sur la fin, s’unit une Voix [in margin: Mademoiselle de Saint-Christophe]| Qui charme le plus grand des Rois,| Et qui, pour lors, chantant les Plaintes| Des Ames de l’Amour atteintes,| Rendoit les Soupirs si charmans|Que les Coeurs faits de Diamans,| Et plus qu’eux encor impassibles,| En seroyent devenus sensibles.” The marginal note indicates that St. Christophe (d. after 1682) was “femme de chambre de Madame,” but no other documents corroborate this. She was originally a member of the musique du roi, and is recorded as a ‘musicienne de Sa Majesté’ in Lully’s Ballet des arts (January 8, 1663).

[136] Robinet, Lettres en vers, December 12, 1665: “Ne soyez pas, petite Muse,| Ni si folette ni si buse| Qu’en cette lettre d’oublier| Que, Samedy, le sieur Itier,| Jouant devant notre Héroine| D’une façon presque divine,| Faisoit parler si tendrement| Les Cordes de son Instrument| (Dans ses Mains le Roy des Théorbes)| Qu’ensemble les célestes Orbes| Ne pourroyent produire des sons| Si charmans que ses doux Frédons.| J’ose encor plus hardiment dire| Que Phoebus avecque sa Lyre| Distille bien moins de douceurs| Dans l’Oreille des Doctes Soeurs| Qu’ltier n’en fit couler en celles| De Madame et de maintes Belles.”

[137] Robinet, Lettres en vers, October 24, 1666: “Exerçant pour Vous mon Génie,| Héroïne aux yeux si brillans,| Que ne puis-enfanter des Vers aussi coulans| Que les Fredons du Luth de la belle Uranie [in margin: Madame de Menardeau Champré]| Qui vous enchantoit l’autre soir| Dedans vôtre pompeux Manoir?” Robinet, Lettre en vers, December 20, 1665, quoted in ref. 92. Tallemant de Réaux describes Mesnardeau-Champré in his Historiettes (ed. Antoine Adam, 2 vols. [Paris: Gallimard, 1961], 2:273–74) as taking part in an ill-fated galanterie “avec Mme Aubert, des Gabelles, et quelques autres joüers du luth, dont elle joüe aussy bien que personne.”

[138] Robinet, Lettres en vers (December 3, 1667): “Dans vôtre Chambre ou Paradis| (Car c’est tout un ce que je dis),| Lorsque RICHARD, sur sa Régale [margin: C’est une espèce d’Orgue d’Allemagne ainsi appelée]| Par un harmonieux régale,| Touchoit si délicatement| Et si miraculeusement| Les beaux Cantiques que l’on chante,| Sur la Naissance ravissante| Du Divin-Fils de l’Eternel.| Dont l’on fait un Jour solennel,| Et que vous même, ainsi qu’un Ange,| Sans nule falteuse louange,| Vous chantiez de telle façon| Que j’en crûs ouir, tout-de-bon,| L’un des plus beaux, en vôtre Altesse,| Et je le crois encor sans-cesse.”

[139] Gazette de France (December 1667), 1337: [26 November] “Leurs Majestez s’estans rendües sur le soir, au Palais-Royal, y eurent, apres une excellente Symphonie, le Divertissement d’une belle Tragédie, en l’une des Galeries de l’Appartement de Monsieur, qui estoit éclairée de quantité de Lustres: puis celui du Bal, dans la grande Chambre de ce Prince, où les Seigneurs, & les Dames se trouvérent en un équipage tres superbe: le tout s’estant terminé par un Festin, où paroissoyent également la magnificence, & la politesse.” Robinet, Lettre en vers (December 3, 1667): “Samedy, Monsieur et Madame,| Fêtoyérent, d’un charmant stile,| Dedans leur pompeux Domicile,| Nos visibles Divinitez,| A sçavoir les deux Majestez.| Pour Prélude, la Symphonie,| Sans faux ton ni cacophonie,| Les ravit, ainsi qu’autrefois,| A peu prés, Monsieur Saint François| Fut ravi d’un Concert céleste;| Et, sans railler, je vous proteste,| A part la Musique des Cieux,| Que rien n’est plus mélodieux| Qu’êtoit cette douce Harmonie| Et merveilleuse Symphonie,| Que conduisoit le Sieur Richard,| Qui devroit devenir Richard| Par la Symphonique Science,…| Que je ne pus, en verité| Lorgner la Troupe Théatrale| Mais ce n’êtoit pas la Royale| Ni, je vous en donne ma foy,| Pareillement celle du Roy.…| En suite, dans une Anti-chambre,…| c’est comme dire qu’on dansa;| Et le Bal s’échauffa.”

[140] The one record of a musical performance for Elisabeth-Charlotte was organized for her by her aunt, the duchess of Mecklenburg, as part of a fête to celebrate Monsieur’s victory at St. Omer in 1677. According to Laurent, the fête included “a vocal concert” accompanied by instruments in which “tickling the soul through the ear, [Jean-François?] Lallouette sang so well that the circle was well contented.” Laurent, Lettre en vers a leurs altesses royales Monsieur et Madame. Du 16 May 1677, F-Pa Fol B 859, [unnumbered p. 4]: “La Princesse de Meclebourg.…| Vous fit avec magnificence,| Altesses Royales en tout,| Un souper, que de bout en bout [in margin: le 13. du mois.]| Un Concert de voix fit merveille,| Chatoüillant l’ame par l’oreille| Lalloüette si bien chanta| Que le Cercle s’en contenta:| Des Instrumens la melodie| Y fit belle Pallinodie.”

[141] Requeste servant de factum pour Henry Guichard … contre Baptiste Lully et Sebastien Aubry (n.p, n.d.), 3; see Nuitter and Thoinan, Les origines de l’Opéra Français, 199–200; La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 179–85, 224–40; Alain Balsan, “Henry Guichard ‘d’Hérapine’ créateur de l’opéra en France et bourreau des Protestants à Valence,” Revue dromoise 71 (1978): 99–116. The dates of the various purchases and contracts can be found in the Factum, pour Jean Granoüilhet, Escuyer sieur de Sablieres Intendant de la Musique de Monsieur le duc d’Orléans, & Henry Guichard Gentilhomme de S.A.R. Opposants & Demandeurs (n.p., n.d).

[142] Jérôme de La Gorce, “Un opéra français représenté à la cour de Louis XIV en 1671 et 1672: Les Amours de Diane et d’Endymion, pastorale mise en musique par Sablières,” Dix-septième siècle no. 142 (January–March, 1984): 41.

[143] This event could have been a repeat of the episode when Louis XIV took over as Molière’s benefactor, not wanting to see his brother outshine him as patron of such a new and important artistic project.

[144] Nuitter and Thoinan, Les origines de l’Opéra Français, 302; La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 230-40. According to the Gazette d’Amsterdam (February 4, 1672), Cambert’s Peines et plaisirs de l’Amour was given “exprès” for Monsieur and Madame on January 29. This performance may have been part of Sablière’s effort to aid Cambert.

[145] La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 224–40; Nuitter and Thoinan, Les origines de l’Opéra Français, 321–31.

[146] The success of Guichard’s efforts was reflected in an article in the Mercure 4 (1674): 110–11: “Monsieur régala dernierement la Cour à S. Cloud, & dont Monsieur Guichard avoit pris le soin. Monsieur Guichard, continua la mesme, est un Gentilhomme ordinaire de Monsieur, dont les Ouvrages ont fait du bruit, & qui a beaucoup d’invention. La Feste de S. Cloud en est une preuve; jamais l’on n’avoit fait de pareilles illuminations; & les clartez redoublans par la refléxion des Miroirs opposez qu’il avoit placez en mil endroits, on eut dit que les torrens d’eau couloient avec ceux de feu.”

[147] F-Pan MC CV, 887, cited in Marcelle Benoit, “Les musiciens français de Marie-Louise d’Orléans,” La Revue musicale 226 (1955): 48–60.

[148] Mercure (January 1680): 299: “Le Sieur Guichard, dont la passion dominante estoit de mettre tout en usage pour faire des Opéra, & en établir en quelque lieu du monde que ce fust, est mort à Madrid, apres avoir crû estre venu à bout de son dessin.”

[149] See Louise K. Stein, Songs of Mortals, Dialogues of Gods: Music and Theatre in Seventeenth-Century Spain (Oxford: Clarendon Press, 1993), 328.

[150] Mercure (February 1679): 291–93: “Monseigneur le Dauphin se rendit au Palais-Royal … apres avoir esté à la Foire de S. Germain, il alla voir le nouvel Opéra de Bellérophon. Au sortir de ce Spéctacle, Son Altesse Royale donna à souper à Monseigneur le Dauphin, & aux Princes qui estoient venus avec luy.… Comme on estoit encore remply des beautez de l’Opéra, on en parla fort pendant le Soupé. On loüa séparement toutes les belles parties qui le composent. Mr de Lully qui arriva pendant ce temps, reçut de la bouche de Monseigneur le Dauphin les louanges qu’il méritoit, & les plus habiles Connoisseurs dirent tout haut qu’il y avoit beaucoup de conduite dans la Piece.”

[151] Evrard Titon du Tillet, Le Parnasse françois (Paris: Coignard fils, 1732), 399.

[152] On the Dauphin’s musical interests, see La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 317–27, and Fader, “The ‘Cabale du Dauphin.'” Saint-Simon’s description of a typical appartement includes these two princes as a stable force: “D’abord il y avait musique; puis des tables par toutes les pièces, toutes prêtes pour toutes sortes de jeux; un lansquenet [a card game] où Monseigneur et Monsieur jouaient toujours.” Mémoires 22:378–79.

[153] “Le soir il y eut comédie; il n’y en avoit point eu depuis Fontainebleau, parce que Monsieur et Madame étoient demeurés à Paris, et que c’est pour eux principalement que le roi veut qu’il y ait des comédies.” This seems to have been the case with other types of amusements as well. Dangeau also noted: “There were no jours d’appartements this winter during the absence of Monsieur” (January 25, 1693), “In the evening there was theater, but there will be no jours d’appartements until Monsieur has returned from Paris” (November 22, 1696), “There is no theater or jours d’appartements here during the time Monsieur is at Montargis” (October 16, 1697).

[154] Dangeau noted in his Journal on April 30, 1694, for example, that “Monseigneur est revenu, le roi a rétabli la musique tous les soirs.” Likewise, on November 2, 1695, he observed that “Monsieur et Madame sont demeurés à Paris.… Présentement que Monseigneur est revenu, le roi a rétabli la musique tous les soirs.”

[155] Dangeau, Journal, March 1, 1686: “Monsieur étoit parti dès le matin et attendoit monseigneur au palais-royal. Le soir il n’y eut ici ni appartement ni comédie.”

[156] Mercure (February 1681): 131, 166: “Le bruit qu’il a fait ayant fait naître l’envie à Monseigneur le Dauphin de voir ce galant Spectacle, il se rendit il y a trois jours chez Mr Malo, accompagnée de Madame la Dauphine, de Monsieur, de Madame, de Mademoiselle, et suivy d’une partie de la Cour. La Comédie fut si bien joüée, et les Intermedes chantez d’une maniere si juste, que ce Prince temoigna tout haut, que de long-temps il n’avoit rien veu qui luy eust paru si agreable.”

[157] For example, the envoy from the court of Savoy recorded the following in a letter of July 24, 1684: “Vendredi, Monsieur vint à Paris à l’opéra de Faétont [sic], que l’on a remis de nouveau sur le théâtre, et s’en retourna le même soir à Saint-Cloud,” Turin, Archivio di Stato, Lettere Ministri, Francia M.116, quoted in La Gorce, Jean-Baptiste Lully, 280. The Mercure also defended Charpentier’s Médée from its critics, noting that both Monsieur and the Dauphin had attended numerous times ([December 1693], 331ff).

[158] Mercure (April 1681): 327–44, passim: “Leurs Majestez ont passé huit jours dans la superbe et délicieuse Maison de S. Clou, dont Son Altesse Royale a fait les honneurs d’un air, qui a charmé tous ceux qui en ont esté témoins…. [329] Le Roy, accompagné de toute sa Cour, y arriva le 15. du Mois entre quatre et cinq heures du soir. Les Compagnies destinées pour la Garde de Sa Majesté, estoient déja dans [330] leurs postes, dont les Trompetes et les Timbales tenoient le plus avancé. Monsieur et Madame reçevrent le Roy, la Reyne, Monseigneur le Dauphin, et Madame la Dauphine, au bas de l’Escalier, à la descente de leur Carrosse. Les Violons et les Hautbois estoient au haut de cet Escalier.… [333] On alla de là, dans un grand Cabinet appellé la Salle des Audiences … [334] Mr le Begue, celebre Organiste de Sa Majesté, touchoit en ce Lieu un Cabinet d’Orgues d’un invention particulier; et le plaisir qu’on eut de l’entendre, y [335] arresta la Cour quelque temps.… [336] Leurs Majestez passerent en suite dans la Galerie, au bout de laquelle on trouva la Symphonie ordinaire de Monsieur. Elle est composée d’un Clavessin, d’un Dessus de Viole, et d’un Luth; le premier touché par le Sr Baltasar, l’autre par le Sr. Garnier, et le Luth par le Sr. Jaqueson. Cette Symphonie ayant cessé, chacun alla voir son Apartement.… [337] Leurs Majesez estant montées en Calêche, allerent dans les Jardins et [338] y admirerent la beauté des Eaux. Il y eut Comédie le soir sur un superbe Theatre, que Monsieur avoit fait rehausser d’or. On y représenta Zaïd, Princesse de Grenade, et les Prétieuses ridicules. Le Roy n’a vû aucune des Pieces que ont diverty la Cour, Sa Majesté ayant toûjours pris le soin des Affaires de son Etat à son ordinaire, et ayant tous les jours tenu Conseil de la maniere qu’Elle a accoûtumé de le tenir quand Elle est à S. Germain. Il y a eu tous les jours Bal ou Comédie. [339] Outres les deux que je viens nommer, on y a représenté L’Iphigéne de Mr Racine, Trésorier de France; avec la Comtesse d’Escarbagnas de feu Mr Moliere; le Dom Bertrand de Sigaral, de Mr de Corneille le jeune; et les Usuriers, par les Italiens. Le jour que l’on arriva, le Roy fit l’honneur aux Dames de les faire manger avec Luy. Les Violons, et les Hautbois joüerent pendant tout le temps que l’on demeura à table. [340] Apres le Soupé on alla dans la Galerie, où il y eut Concert jusques au coucher. En arrivant à S. Cloud il [Le Roy] congedia toute sa Musique, et voulut entendre celle de Monseigneur le Dauphin jusqu’à son retour à Saint Germain. Elle a tous les jours chanté à la Messe des Motets de Mr Charpentier, et Sa Majesté n’en a point voulu entendre d’autres, quoy qu’on luy en eust proposé. Il y a deux ans qu’on en chante devant Monseigneur le Dauphin. Les Violons se sont toûjours fait entendre au dîner, où l’affluence des Personnes venuës de paris pour voir le Roy a esté si grande, qu’à peine ce Prince pouvoit-il [342] passer pour se mettre à table.

[159] Mercure (May 1682): 183–88: “Le Roy ayant donné congé à toute sa Musique, celle de Monseigneur le Dauphin servoit seule pendant la Messe, à laquelle le Sieur Frison chantoit tous les jours. Cette Musique avoit pour accompagnement les Sieurs Converset et Martinot, et le Sieur Garnier pour Organiste. On dit qu’elle est composée de la Famille des Piesches, parce que l’on compte cinq Personnes dans [184] dans cette Famille qui en sont, sçavoir deux Filles, et trois Garçons. On n’a rien chanté dans la Chapelle, pendant le sejour que Leurs Majestez ont fait à S. Cloud, qui n’ait esté de la Composition de Mr Charpentier. Il est si connu, et je vous en ay parlé si souvent, que c’est tout ce que je vous en diray aujourd’huy. Mr le Begue fit entendre un jour à la Messe une Simphonie, que les Violons de Monsieur joüoient par Echo, avec l’Orgue. Elle fut trouvée fort belle. Les mesmes Violons de Son Altesse Royale, joüerent pendant les Repas. C’estoit tous les jours une affluence de monde extraordinaire.… [188] Trois sortes de Divertissemens ont occupé tous les soirs, sçavoir, la Comédie Italienne, la Françoise, et le Bal. Les Comédiens François ont représenté Nicomede, Oedipe, et Polieucte, de Mr de Corneille l’aîné; Venceslas, de feu Mr de Rotrou; Britanicus et Phedre, de Mr Racine; le Geolier de soy-mesme, D Bertrand de Cigaral; et le Baron d’Albikrac, de Mr de Corneille le jeune.”

[160] Brossard, Musiciens, s.v. “Martineau, Robert”; Martineau declared himself one of the “petits violons du roi et du dauphin” on November 15, 1692; Marcelle Benoit and Norbert Dufourcq, “Les musiciens de Versailles à travers les minutes notariales de Maître Gayot versées aux Archives départementales des Yvelines (1661–1733),” ‘Recherches’ sur la musique française classique 15 (1975): 155.

[161] The idea of replacing organ music with instruments was not new; Charpentier did this in his Messe pour plusieurs instruments au lieu des orgues (H513), which probably dates from 1674; see David Ponsford, “A Question of Genre: Charpentier’s Messe pour plusieurs instruments au lieu des orgues (H513),” in New Perspectives on Marc-Antoine Charpentier, ed. Shirley Thompson (Farnham, UK: Ashgate, 2010), 105–32.

[162] F-Pan 300 AP I 761, 239: “Par un contrat du 5 Avril 1688 Monsieur a fondé 2200lt de rente pour l’Entretien de 4 prestres et deux freres de la Mission pour desservir sa chapelle du d. Palais [Saint-Cloud].… Monsieur par le meme contrat s’est engagé a l’entretien de six enfans de choeur pour le service de la d. chapelle.”; Gazette de France (April 24, 1688): 204: “Le 14, le 15 & le 16 de ce mois, Monsieur assista dans la Chapelle du Chasteau de Saint Cloud, aux Offices de Ténebres, célébrez par les Prestres de la Mission que son Altesse Royale y a depuis peu établis, pour y faire les mesmes fonctions, que ceux qui déservent la Chapelle du Roy, à Versailles, & la Chapelle du Roy de la Grande Bretagne, à Londres.” On the functions of the Lazaristes, see Alexandre Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV: Cérémonial, liturgie et musique (Wavre, Belgium: CMBV, 2002), 87–92.

[163] F-Pan X1a 9162: “L’Inventaire fait après deces de Monsieur Petit fils de france Duc d’Orléans Régent du Royaume. Decedé le 2 xbre 1723.” (10 March 1724), fols. 175v–176r, under “Saint Cloud,” “Livres de Chapelle”: “2309 Item deux Misells in folio, dont un Ramain [sic] … dorez sur tranche couverts de maroquin rouge avec une dentelle d’or autour, garnis de leurs fines de rubans de soye de differentes couleurs, prisez ensemble quarante livres.| 2310 Item deux autres grands missels Ramains in folio couverts de maroquin rouge avec des ornemens d’orez aux quatre coins prisez ensemble vingt livres.| 2311 It un petit Missel Romain in quarto relié en Veau et garni de son s[illeg.] prisé cinq livres.| 2312 Item Un Grand Graduel en deux parties en Velin couverts de veau garni de plaques de cuivre, un Antiphonaire aussi en deux parties de velin de pareille grandeur relié en veau avec plaques de cuivre, prisez ensemble la somme de quatre cens livres.| 2313 Item un Graduel et un antiphonaire en une partie chaque … en grand papier, reliez en Veau garnis de cuivre aux quatres coins, prisez ensemble vingt livres comme etans fort vieux.| 2314 Item un breviare Romain en deux parties couvert de maroquin in quarto, deux diurnaux aussi Romains in 8o.| 2315 Item Vingt sept volumes, dont un relié en maroquin et le reste en veau tant in quarto qu’en octavo, et trois autres volumes servans a l’office de la semaine sainte in quarto, quatre canons avec les Evangiles, et deux pupiltres l’un de bois denoyer et l’autre de bois noirci peint, prisé le tout ensemble la somme de soixante dix livres.” These items are not present in the inventory taken after the death of Monsieur (F-Pn 300 AP I 746 and 747), but this inventory is considerably less detailed in its listing of books in general; the account of the library listed only the number of books in shelves by size, for example at fol. 37r: “Quarente cinq volumes in folio dans une autre armoire reliez en Veau traittant de differentes histoires prisez quarente cinq livres.”

[164] Gillier, Livre d’airs et symphonies, foreword. The texts of the motets, “Descende caelitus, descende Gratia,” “Velut unda Vagabunda,” “Ecce sol illuminat,” and “Gaudia caelo, gaudia terris,” are found in the “Recueil de paroles de musique de Mr Perrin,” ed. in Louis Auld, The Lyric Art of Pierre Perrin, Founder of French Opera. Part 3 (Henryville, PA: Institute of Mediaeval Music, 1986), 177–79.

[165] See Evelyne Picard, “Liturgie et musique à Sainte-Anne-la Royale au XVIIe siècle,” Recherches sur la musique française classique 20 (1981): 249–54. The Gazette de France records these visits to Parisian churches throughout Monsieur’s life, irregularly in the 1660s (e.g., to the Théatins during Christmas 1666 [Gazette (1666), 1319]), and regularly during the 1670s and ’80s. On one occasion, Henriette seems to have attended two services: according to the Gazette ([1667], 1136, December 24), Madame and Monsieur heard, at the church of the Théatins “le Salut chanté par une excellente Musique: de maniére que cette Devotion a esté des plus solemnelles, par le grand concourse qui s’y est journellement, fait des Personnes de la plus haute qualité.” Afterward Madame heard a service “en sa Chapelle du Palais-Royal” which the Gazette does not describe in any further detail.

[166] The few reports of events in the two Orléans chapels often concentrate more on the celebrations afterward than the ceremonies themselves, perhaps indicating that the contribution of music to these events was minor. For example, in its report of the baptism of the youngest daughter of the duchess of Chartres on September 4, 1698, the Gazette d’Amsterdam ([August 29, 1698], 2) reported “Le Batême de la Princesse dont Mad. la Duchesse de Chartes est accouchée, se fit Mardi à St. Cloud entre cinq & six heures du soir, en présence du Roy, du Roi Jaques & de la Reine son Espouse & des trois Princes; La Ceremonie fut faite par l’Abbé de Grancey premier Aumônier de Monsieur. La jeune Princesse fut tenuë sur les Fonts par M. le Dauphin & Madame la Duchesse de Bourgogne, & nommée Marie Adelaïde. Il y eut aprés la promenade, une Collation magnifique dans la Salle de l’Orangerie, & un grand Concert d’Instrumens, suivi d’un Bal qui dura fort avant dans la nuit.” A similar, but less detailed report appeared nearly thirty years earlier in the Gazette de France (April 8, 1670): 360, for the baptism of Henriette’s youngest daughter. One very rare report of the Orléans attending a celebration in their own chapels on a major feast day comes from 1688: Gazette de France (December 31, 1688): 765: “Le 24 de ce mois, Veille de Noël, Monsieur & Madame, accompagnez de Monsieur le Duc de Chartres & de Mademoiselle, entendirent les trois Messes de minüit, & firent leurs devotions dans la Chapelle du Palais-Royal.”

[167] Gazette de France (July 8, 1670): 677–80: “L’Abbé de Montaigu, son premier Aumonier se plaça, à la droite du Lit, assisté des autres Aumôniers de Madame, ainsi que les Dames d’Honneur, à la gauche; & l’apres dinée, les Chanoines, & Prestres de Saint Clou, vinrent, psalmodier aupres du Corps, avec des Religieux Feüillans, & Capucins.… Le lendemain, 1 de ce mois, la Reyne, qui estoit à Versailles, vinst, sur les dix heures du matin, jetter de l’Eau benite, accompagnée de Monseigneur le Dauphin, & de Mademoiselle d’Orléans. Les dames de la Princesse défunte, la reçeurent à la descente du carrosse, & la condüisirent en la Chambre où estoit le Corps.… Sa majesté alla sur un Priez Dieu qu’on luy avoit préparé pendant qu’on chantoit le Deprofundis.”

[168] See Denise Launay, La musique religieuse en France du Concile de Trente à 1804 (Paris: Klincksieck, 1993), 277–85.

[169] Gazette de France (April 10, 1671): 313–4: “Leurs Majestez, avec lesquelles estoit Monseigneur le Dauphin, vinrent en cette ville, pour tenir Monsieur le Duc de Valois, qui fut baptisé au Palais-Royal, en la Chapelle de la grande Galerie de l’Appartement de Monsieur: où tout avoit esté préparé avec une magnificence surprenante, ainsi que dans les autres lieux du mesme Appartement. L’Evesque du Mans, Premier Aumosnier de Son Altesse Royale, revestu des Habits Pontificaux, assisté du Curé de S. Eustache, avec tous les Aumosniers de Monsieur, & de Madame en Rochet, fit la cérémonie, en présence de Monseigneur le Dauphin, de Leurs Altesses Royales, de Mademoiselle, de Mademoiselle d’Orléans, de Madame de Guyse, de la Duchesse d’Engüyen, de la Duchesse de Vermüeil, de la Princesse de Carignan, & de toutes les principales Dames de la Cour, ainsi que des Princes de Conty, & de la Roche Sur Yon, & de tous les principaux Seigneurs. Le jeune Prince qui estoit superbement vestu fur presenté par la Marchéchale de Clerembaut, Gouvernante des Enfants de Monsieur, & nommé Alexandre Loüis, par Leursdites Majestez: & cette solemnité estoit accompagnée d’une excellente Musique, avec le brüit des Tambours & Trompettes, de maniere que rien n’y manqua pour la rendre des plus pompeuses.… Ensuite, Leursdites Majestez, avec lesquelles estoyent Monseigneur le Dauphin, Leurs Altesse Royales, Mademoiselle, & toute l’illustre Compagnie, allérent voir la représentation d’Alceste ou du Triomphe d’Alcide, en l’Academie de Musique: & à l’issüe de ce divertissement tout à fait pompeux, Monsieur leur présenta la Collation de toutes sortes de fruits, & de confitures des plus rares de la saison.… Ensuite, Leurs Majestez retournérent à Versailles, merveilleusement satisfaites, d’une si belle Feste, laquelle fut continuée chez Leurs Altesses Royales par un grand souper que Monsieur donna à plusieurs des principales Dames, avec le concert des Violons.”

[170] Mercure (November 1679): 21–63: “Je passe à un Article que je sçay qui vous plaira, par l’estime que vous avez toûjours euë pour l’illustre & fameux Mr Lambert. Monsieur l’a choisy pour apprendre à chanter à Mademoiselle. Il falloit ce grand Homme pour perfectionner la belle voix de cette jeune Princesse, & pour mettre le combre à ses rares & extraordinaires qualitez.… Le génie de cette Princesse est si beau, qu’on diroit que tout ce qu’elle fait luy est naturel. Elle parle Italien comme François, sçait parfaitement l’Histoire, les Intérests des Princes, la Géographie, & la Blason, danse avec un air charmant, touche le Clavessin de mesme, & possede assez la Musique pour chanter à Livre ouvert. On ne devoit pas moins attendre des Hommes choisis qui ont travaillé à son éducation. Mr des Airs pour la Danse, feu Mr Hardel & Mr d’Anguelberg pour le Clavessin, & Mr Clement pour la Musique, sont ceux qui ont esté employez à luy montrer ces beaux Arts. Mr l’Abbé Testu a pris soin du reste.”

[171] Mercure (April 1684): 340: “Elle jouë du Clavessin, chante parfaitement bien, et sçait assez l’Italien pour le bien parler, si la défiance qu’elle a de soy-mesme sans aucun sujet, ne luy causoit une timidité mal fondée qui l’en empesche. Elle aime la lecture, et emporte une Bibliotheque de Livres qui luy ont esté choisis par Mr l’Abbé Testu, qui comme je vous l’ay déja marqué, a eu soin de son éducation.”

[172] Isabella Data, “Il matrimonio di Anna d’Orléans e Vittorio Amedeo II di Savoia: Presenze musicali nella libreria ducale di Torino,” Studi musicali 25 (1996): 91–102.

[173] Patricia M. Ranum claimed that Philippe II studied with Etienne Loulié, but despite clearly knowing the prince, there is no direct evidence of his having taught him (“Etienne Loulié (1654–1702): Musicien de Mademoiselle de Guise, pédagogue et théoricien,” ‘Recherches’ sur la musique française classique 25 [1987]: 26–75; 26 [1988–90]: 5–49; see Fader, “Musical Thought and Patronage of the Italian Style at the Court of Philippe II,” 160–66.

[174] Gazette de France (October 1676): 728: “Le 5 de ce mois, Monsieur le Duc de Chartres & Mademoiselle de Chartres furent batisez à S. Clou, dans la Chapelle du Chasteau, en presence de Leurs Majestez, de Monseigneur le Dauphin, & de Monsieur & de Madame, accompagnez de toute la Cour.… l’Evesque du Mans, Premier Aumônier de Monsieur, fit la ceremonie, assisté de tous les Aumoniers & de tous les Chapelains de Monsieur & de Madame. Leursdites Majestez avec Monseigneur le Dauphin, estant montées au Salon, Elles y trouvérent une collation tres splendide.… Leurs Majestez eurent ensuite, le divertissement de l’Opera, dans le meme Salon, qui avoit esté préparé avec toute la magnificence posssible.” Although Patricia Ranum (“Lully Plays Deaf: Rereading the Evidence on His Privilege,” in Lully Studies, ed. John Hajdu Heyer [Cambridge: Cambridge University Press, 2000], 26) asserts that “l’Opera” refers to the Petite pastorale of Charpentier, there is no way to know precisely what was performed. The phrase “eurent ensuite, le divertissement de l’Opera” (which Ranum translates as “were entertained with an opera”) perhaps indicates not the genre but rather the company, “l’Opera” being the Académie Royale de Musique (that is, “were entertained by the Opera”). Ranum likewise asserts the participation of Monsieur in an anti-Lully cabale, but the reality, as this study reveals, was considerably more complex.

[175] Bayerische Hauptstaatsarchiv, Munich, Fürstensachen 6471, fol. 159 (dated July 31, 1685), quoted in Patricia M. Ranum, “Marc-Antoine Charpentier et la Feste de Rüel,” XVIIe siècle no. 61 (October–December 1988): 393: “Depuis que Mess. De Louvois et de Seignelay ont régalé le Roy et toute la Maison Royale de France, toute la cour a esté toutes les semaines en divertissements. Chacun en veut avoir cet honneur. M. le Duc d’Orléans fit dimanche un grand Régal à St. Cloud, où il donna l’opéra.”

[176] Mercure (September 1682): 57–58: “Des Demoiselles bien faites & spirituelles, ont représenté à S. Cloud une Comédie en Musique, composée des Avantures qui s’y sont passées. Elle avoit pour titre, l’Automne de Saint Cloud, & estoit ornée de Balets, de Machines, & de changements de Theatre. Le Prologue estoit sur la Naissance de Monseigneur le Duc de Bourgogne. Je vous l’envoye. On dit que Mr Compoint le jeune en a fait les Vers. Leur lecture vous sera juger de leur bonté. Il doit donner dans peu un Livre au Public sous le nom de la Philosophie des Dames. La Décoration de ce Prologue représentoit dans les costez du Theatre, des Bois & des Plaines, & dans l’enfoncement, un magnifique Palais pleine de Feux & d’artifice, & environné de Fontaines de Vin jalissantes. La Nymphe de Versailles, & la Nymphe de S. Cloud, parurent sur ce Theatre, & chanterent le Dialogue qui suit.”

[177] Mercure (September 1682): 66–67.

[178] There is some evidence that Monsieur hired extraordinaires in this period. One of the numerous notarial documents for the singer Adam Roussel recorded in the Fichier Laborde, dated 1680, called him “musicien de Monsieur,” while the others referred to him either as “musicien” (1672–73), “musicien chez la reine” (1674–79), or “maître à chanter” (1684). Presumably this indicates that he was not employed by Monsieur as an ordinaire, and possibly for only a relatively short period.

[179] According to the article, Compoint “doit donner dans peu un Livre au Public sous le nom de la Philosophie des Dames,” but no such book by an author of that name is extant, and it certainly bears no relation to the pornographic novel, L’Ecole des filles ou la philosophie des dames (1655).

[180] Mercure (November 1692): 140: “Je vous envoye un Idille sur le retour de Monsieur le Duc de Chartres. Il est de la composition de Mr Pagot, Valet de Chambre de leurs Altesses Royales Monsieur, et Monsieur le Duc de Chartres.  Mr Gervais le jeune en a mis les paroles en Musique, et elles furent chantées au Palais-Royal au commencement de ce mois.… L’Idille dont je vous fais part, a pour sujet l’Hiver qui ramene Monsieur le Duc de Chartes à la Nymphe de Saint Cloud, que son absence tenoit toujours en alarmes par les perils qu’il couroit.”

[181] Montagnier, Charles-Hubert Gervais, 12, 15–17.

[182] Poésies diverses de Madame de Sainctonge, 2 vols. (Dijon: Antoine de Fay, 1714), 1:233–44. It is possible that the composer was Gervais, since Gacon reports that an “opera” by Gervais was staged at Fontainbleau for the wedding of the new duchess; see Montagnier, Gervais, 18–19.

[183] Saintonge, Poésies, 37–48. None of the extant scores by Orléans musicians correspond to this text.

[184] F-Pn YF-752; no publication information is given other than an indication at the end of “permis d’imprimer. Fait ce 6 Septembre 1679, DE LA REYNIE.” The print can be found on the Gallica site of the Bibliothèque Nationale de France (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k72549m; accessed May 10, 2012).

[185] F-Pn YF-752, unnumbered p. 1.

[186] Gazette de France (September 9): 432: “Le septiéme … le soir, le Marquis de los Balbasez lui [the queen of Spain] donna un grand souper: où trouvérent Monsieur, Madame & Mademoiselle. Il y eut Symphonie, Comédie, & Opera.”

[187] F-Pn Rés Vma MS-1219, 2:5–9. According to the extended printed autobiography that serves as preface to the manuscript, “Le Roy mon maître, eut la bonté de m’envoyer à sa Niepce, qui épousoit le Roy d’Espagne, Elle me donna la sur[-]intendance de sa Musique & de ses Ballets, & je composay les divertissements qu’on luy presenta a Fontainebleau, la serenade que Monsr. le Marquis de Losbalbases luy donna dans L’Hotet Mazarin le 7. Septembre 1679, Le Concert que Monsieur luy donna dans le Palais Royal la veille de son départ, & je la suivis a Madrid.” It is not clear if any of the pieces in the collection correspond to the “Concert” that Monsieur organized for her (neither the Mercure nor the Gazette mention it in their extended reports of the wedding festivities), but it could represent one of a number of suites of instrumental music in the collection.

[188] Data, “Il matrimonio di Anna d’Orléans,” 95.

[189] M. G. Brunet, ed., Correspondance complète de Madame duchesse d’Orléans (Paris: Charpentier, 1855), letter of May 5, 1716.

[190] Gazette d’Amsterdam (March 2, 1699): 2: “M. le Dauphin viendra demain au Bal que Monsieur doit donner au Palais-Royal.… On dit que dans celui qui le doit donner encore à Marli, il y aura 2 Entrées, l’une conduite par M. le Duc & Mad. la Duchesse de Chartres, le Duc de Gramont & le Duc de Guiche vétus en Basques avec des tambours de Disquaye & des sounettes, & l’autre representera une chasse au Loup conduite par Monseigneur. On y vera un homme vétu en Loup, 4. autres en Chiens, & quantité de Chasseurs qui feront un grand bruit, aprés quoi le Loup, les Chiens & les Chasseurs danseront un branle.”

[191] See Fader, “The ‘Cabale du Dauphin,'” 402.

[192] Neither Fleury nor Oudot seems to have written music for the Orléans, largely because their interests lay elsewhere. Fleury appears only briefly in the État de la France of 1665 as being in service of Philippe I, but he was replaced by the time of the next état in 1669. The title page of his collection of spiritual airs published in 1678 indicates that he was “ordinaire de la Musique de feu son Altesse Royalle Monseigneur le Duc d’Orléans,” meaning Gaston d’Orléans (who died in 1660), not Philippe, who was very much alive in 1678. Evidently Fleury felt more attached to his old employer than his newer one. Fleury’s airs set the poetry of the abbé Jacques Testu (1626–1706), who served as teacher to Henriette’s children and chaplain ordinary to Elisabeth-Charlotte, but it seems that Fleury’s music has little connection with the Orléans themselves. Oudot, too, set Testu’s verse in a collection of spiritual airs (1692), and he was employed by Monsieur from around 1669 to 1689. However, his compositions can largely be traced to his work for the Jesuits, for the Académie Française, and for various churches and patrons (see Norbert Dufourcq and James R. Anthony, Grove Music Online, s.v. “Oudot, Claude” [accessed January 14, 2012] and Thierry Favier, Le Chant des muses chrétiennes: Cantique spirituel et dévotion en France [16851715] [Paris: Société Française de Musicologie, 2008], 136–39). Numerous entries in the Gazette and Mercure attest to these activities, but none mention Oudot’s music in connection with the Orléans.

[193] LES OEVVRES DE POESIE DE Mr PERRIN, CONTENANT LES IEVX DE POESIE, DIVERSES POESIES GALANTES, Des Paroles De Musique, Airs de Cour, Airs A Boire, Chansons, Noels Et Motets, Une Comedie En Musique, L’Entrée De La Reyne, Et La Chartreuse, Ou La Sainte Solitude (Paris: Estienne Loyson, 1661), 222 {song title: text}: “Pour Monsieur estant à Sainct Clou, sur l’absence de la Princesse d’Anglettere. Air de mouvement Par le Sieur D. S.”: “Au milieu| de ce lieu| si charmant,| Le tourment| et les maux de Tyrsis”; 223, “Sur le retour de cette Princesse. Air de cour par le mesme”: “La voicy de retour, la charmante Climene, plus belle que jamais.” The volume also contains pieces dedicated to Monsieur and Madame without indication of composer: “Pour Monsieur, récit” (226) and “Pour la Princesse d’Angleterre. Sarabande” (227): “Belle princesse, Doux charme des yeux” (which is attributed to Sablières in Perrin’s manuscript Recueil; 230), “Canticum in Die Matrimonij Ser. P. Ducis Andegauensis, cum Serenissima Principissa Angliae, Excerptum ex Scriptura Sacra”: “Audi sunt cantores psallentes in vocibus suis,” translated on p. 231 as “Motet chanté à la messe du mariage de Monsieur, avec Madame Henriette d’Angleterre. Tiré des paroles de la sainte Ecriture”: “Dans un vaste palais un bruit s’est fait entendre.”

[194] Auld, The Lyric Art of Pierre Perrin, 2:171; 3:25.

[195] This problem with attributions to Sablières is noted in Anne-Madeleine Goulet, Paroles de musique (1658–1694): Catalogue des «Livres d’airs de différents auteurs» publiés chez Ballard (Wavre: Mardaga, 2007). In Appendix 2, I have drawn conclusions about the attributions from data collected by Goulet and Guillo (“Recueils de vers mis en chant” and Pierre I Ballard et Robert III Ballard) and from correspondances among the sources.

[196] Mercure (February 1679): 5: “On ne s’est pas contenté à Montpellier d’allumer des feux.… On y a preparé une maniere d’Opéra tres agreable, & Mr de Sablieres qui en est l’Autheur, en a donné le divertissement pendant la tenuë des Etats de Langue-doc, à Monsieur le Cardinal de Bonzi.” Only the livret is extant: Divertissement donné à Son Éminence Monseigneur le cardinal de Bonsy, à l’occasion de la paix, par le sr de Sablières, à Montpelier, pendant la tenue des Estats, en janvier de l’année 1679 (Montpellier: D. Pech, 1679).

[197] Bourgeois gentilhomme, I:ii. The setting was attributed to Sablières and the words to Perrin in Bertrand de Bacilly, ed., Nouveau recueil des plus beaux airs de cour (Paris: Etienne Loyson, 1666), 255.

[198] F-Pn Ms. Fr. 16754, quoted in Michel Brenet [Marie Bobillier], “La librairie musicale en France de 1653 à 1790, d’après les Registres de privilèges,” Sammelbände der internationalen Musikgesellschaft 8 (1907): 413: “permission d’imprimer plusieurs livres de musique tant vocalle que instrumentalle au proffit de François Martin ordinaire de la musique de M. le duc d’Anjou par lettres du 28 décembre 1658.” He renewed his privilège: “François Martin, ordinaire de la musique de Mgr le duc d’Anjou, nous a présenté un privilège qu’il a obtenu de S. M. pour l’impression de plusieurs livres de musique vocale et instrumentale qu’il a composés, accordé pour les temps de cinq années, en date du 28 octobre 1661. Registré à condition que la distribution en sera faite par un libraire.”

[199] F-Psg VM 160 RES.

[200] The Guitar and Its Music: From the Renaissance to the Classical Era (Oxford: Oxford University Press, 2002), 108–9.

[201] Harmonie universelle, contenant la theorie et la pratique de la musique, vol. 3, Livre second des instrumens à chordes (Paris: Sebastien Cramoisy, 1636; reprint, Paris: Centre National de la Recherche Scientifique, 1965), fols. 96v–97r: “Monsieur Martin qui touche parfaitement la Guiterre, se sert de notes non seulement pour marquer les temps de chaque batterie, mais aussi pour signifier quand il faut battre en leuant, ou en baissant la main, car il bat tousiours en leuant quand les notes ont la iambe en haut, et si elles l’ont en bas, il bat en baissant. Il y adiouste encore plusieurs autres caracteres, par exemple les tenuës, afin d’imiter celle du Luth, laquelle est l’original de toutes les autres, comme les notes de la Musique sont l’original de celle du Luth.”

[202] F-Pn Rés Vmc 173 [5], fol. 20v.

[203] “AIRS | DE | FRANÇOIS MARTIN. | ORDINAIRE DE LA MUSIQUE | de Monsieur Frere unique du Roy.| A PARIS | Par ROBERT BALLARD, seul Imprimeur du Roy, pour la | Musique, ruë S. Iean de Beauuais, au Mont Parnasse. | M DC. LXVIII. | AVEC PRIVILEGE DU ROY”; F-Pn Rés Vmc 173 [5]; D-Dl K-A 192. The text of the dedication to “SON ALTESSE ROYALLE MADEMOISELLE” makes it clear that Martin had a little girl in mind, not “La grande Mademoiselle” as asserted by Anne-Madeleine Goulet (Poésie, musique et sociabilité au XVIIe siècle: Les Livres d’airs de différents auteurs publiés chez Ballard de 1658 à 1694 [Paris: Champion, 2004], 556 and 565) and Guillo (Pierre I Ballard et Robert III Ballard, 1668-K): “La grandeur de vôtre Naissance Royalle, & les rares qualités dont le Ciel vous a pourveüe, me fait prevoir que toute la Cour étant un jour charmée de vous voir si parfaite, ne cherchera plus la cause de son admiration que dans vos Vertus; c’est ce qui m’oblige en la prevenant d’offrir à VOSTRE ALTESSE ROYALLE un Livre d’Airs de ma Composition, & de la prier prendre garde au present; mais bien au respect de celuy qui luy offre: VOSTRE ALTESSE ROYALLE, MADEMOISELLE, ne promet pas moins que des miracles, & l’on ne peut douter de cette verité, quand on considere que vous estes fille d’un des plus grands Princes, & de l’une des plus grandes Princesse [sic] du Monde, de qui les perfections sont autant d’exemples pour servir de modelle à vostre ALTESSE ROYALE. En attendant qu’elle croisse autant en vertu qu’en beauté, & que les plus Grands Roys de l’Europe forment des desseins de combattre un jour à qui emportera la gloire dont vous serés le prix: Faites-moy la grace de proteger ce Livre d’Airs que je vous offre.”

[204] Indeed, Goulet (Poésie, musique et sociabilité, 109) points out that notated figures made their first appearance in Ballard’s Livres d’airs de différents auteurs in 1669, a year after Martin’s volume appeared.

[205] Claude-François Ménestrier, Des Représentations en musique anciennes et modernes (Paris: René Guignard, 1681; reprint, Geneva: Minkoff, 1972), 178: “Il y a plusieurs Dialogues de Lambert, de Martin, de Perdigal, de Boisset, & de Cambert, qui ont servi pour aînsi dire d’ébauche & de Prelude à cette Musique que l’on cherchoit, & qu’on n’a pas d’abord trouvée.” This passage was lifted by Pierre Bonnet Bourdelot, Histoire de la musique et de ses effets, depuis son origine jusqu’à présent (Paris, 1715; reprint, Graz: Akademische Druck, 1966), 125–26: “Ce sont aussi en partie les chants de plusieurs Dialogues de la composition de Lambert, de Martin, de Perdigal, de Boisset et de Cambert, fameux musiciens, qui ont servi de prélude ou d’organe pour trouver cette Musique Dramatique Françoise si considerable pour les Recitatifs.”

[206] Mercure (April 1678): 71–73.

[207] F-Pn Vm7 3223: “PREMIER LIVRE D’AIRS| SERIEUX ET A BOIRE,| à deux, trois & quatre Parties,| Entremeslez de symphonies en Triots pour les Violons & les| flûtes, avec des Accompagnements dans les Recits,| le tout propre pour des Concerts.| Par Monsieur MARTIN| A PARIS,| Par CHRISTOPHE BALLARD, seul Impimeur du Roy pour la Musique,| ruë Saint Jean de Beauvais, au Mont-Parnasse.| M. DC. LXXXVIII.” The volume’s publication was announced in the Mercure (July 1688), 322. Although it is possible that the “composer” Martin, who lived in the Rue des Saints pères (according to Du Pradel), was the author of the Premier livre, its dedication is signed “J. Martin,” and Jean is therefore the most likely candidate. The title page does not refer to him as being in the service of Monsieur, but this may have been because the volume was dedicated to someone other than the prince. In fact, Martin seems to have been deliberately cagey about his identity: the article in the Mercure does not mention the author’s name and, despite essentially quoting the preface, removes all first person indications of authorship. On the sources of this print, see the introduction to this author’s edition of two airs from the Premier livre (http://www.sscm-wlscm.org/main-catalogue/browse-by-composer/57-srnade-and-air-boire-from-the-premier-livre-dairs-1688).

[208] Premier livre d’airs, unnumbered p. 5, “AVIS AU LECTEUR Pour l’ordre du Livre.”: “J’ay remarqué que depuis qu’on imprime la Musique, personne ne s’estoit encore avisé de faire imprimer des Airs meslez de Symphonies & d’accompagnemens d’une maniere qu’on pût joüer & chanter tout un Livre de suite, sans trouver deux Airs d’une mesme modulation; & je me suis imaginé que si je faisois une compilation de Triots propres pour former un petit Concert, cela pourroit estre agreable au Public; Pour l’éprouver j’ay fait de petites Symphonies, comme Ouvertures, Rondeaux, Chaconnes, & autres Pieces de Caprices pour les violons & les Flûtes, avec des accompagnements à tous les Recits, & pour plaire aux personnes qui peuvent s’accompagner elles mesmes du Clavesin, du Theorbe, ou de la Basse de Viole.… Si cet Ouvrage peut avoir le bonheur d’estre bien receu, je me flate d’en faire d’autres qui plairont encore d’avantage.”

[209] Poem addressed to “Monsieur Martin, sur son Livre d’airs dedié à Monsieur de *****,” Premier livre d’airs, unnumbered page 4, signed “Du T.”: “On peut connoistre aisément ton esprit| Au choix judicieux de ton fameux MECENE”; “Espitre,” unnumbered pages 2–3: “A Monsieur| Monsieur de .…| Monsieur, Quoy qu’il n’y ait jamais eû de Juge plus incorruptible que vous, je vous presente icy des Pieces si differentes de celles que vous avez coutume d’examiner, qu’en cette occasion la Faveur & l’Equité ne sont pas tout à fait incompatibles. Je suis si accoutumé à recevoir de vos graces; & vos bontez m’ont tant de fois prévenu, que je croirois vous offencer si je n’avois une respectueuse confiance que vous m’en accorderez la continüation; & que vous ne refuserez pas vostre protection à une Muse à qui vous faites l’honneur de donner un azile. Je sçay, MONSIEUR, qu’il n’y a gueres de proportion entre les obligations que je vous ay, & le present que je prens la liberté de vous faire, & je sens mesme que mon coeur, tout reply de l’exés de vos bontez, me reproche la foiblesse de ma reconnoissance: Ce n’en est icy qu’un essay, où, pour ainsi dire, je me taste & fonde le goust public qui décide souverainement de ces sortes d’Ouvrages, & si je suis assez heureux pour en attirer l’approbation, une seconde Offrande moins indigne de l’autel où je sacrifie justifiera que la premiere échape à l’impatience de mon zele; & que je brusle de vous témoigner publiquement que je suis, non-seulement avec le respect le plus profond qui ait jamais esté; mais encore avec l’attachement le plus sincere qui sera jamais,| MONSIEUR, Vostre tres-humble, tres-obeïssant & tres-obligé Serviteur, J. Martin.”

[210] In the Web Library of Seventeenth-Century Music (WLSCM 25); the integration of instrumental and vocal music in Martin’s volume is discussed on pp. viii-x of the edition’s introduction. Martin’s “Sérénade” may have been written in imitation of several “Airs en serenade” attributed to Sablières by Perrin, but lost. Likewise, his “Dialogue de Sylvandre et de Tircis”—at least what can be seen of it from the one remaining part—has elements similar to those of Sablières and François Martin père.

[211] Note that the second violin part, which is missing from all the sources, was reconstructed by the author, but there is clearly supposed to be a contrapuntal answer in the second violin in measure 2 on the tonic.

[212] Livre d’airs| Et de symphonies mélez de quelques fragmens| d’Opera de la Composition de P. Gillier Ordinaire| de la Musique de la Chambre de S. A. R.| Monsieur Duc d’Orléans frere Unique| du Roi| Gravé par HC Boneüil| et se vend à PARIS| Chez l’Autheur Rüe de Berry au Marais proche Le petit Marché| Foucault Marchand Rüe St Honoré prés le Cimetierre St. Innocent A la Reigle d’Or; F-Pn Vm7 571, F-Pn Rés Vm7 305, F-Pn Acm 2977, F-Pn Rés 1853, dedication to Philippe II d’Orléans. The text of the dedication reads (my translation): “It is in the midst of the exercises of Apollo that Your Royal Highness relaxes from the deeds of war, and I flatter myself that this god might desire to include these fragments of my compositions among them. Raised page of the Musique de la Chambre of the king under the most able masters, I have practiced their principles with care, which has accorded my works some success. This good fortune would persuade me that these works might not displease Your Royal Highness. However, my Lord, I do not allow myself to be blinded by this presumption, which would lose much of its confidence if it were not supported by the indulgence with which Your Royal Highness treats the zeal of those like myself who have the honor of serving Him. It is known that his taste is as delicate as his valor is heroic. I restrain myself from attempting the praise of either of these; it is a song too high for my voice. However, I am permitted to admire the one and to aspire to the glory of giving some pleasure to the other.” Perhaps Lambert used his pull as Marie Louise d’Orléans’s former teacher to have Gillier nominated for his position in Monsieur’s musique.

[213] He was apparently not yet in Monsieur’s service in May of 1692, when he took out a privilège to publish: F-Pn Ms. Fr. 21947, quoted in Brenet, “La librairie musicale,” 417: “Le Sr Gillier, cy devant page de la musique de la chapelle du Roy, nous a presenté des lettres de privilège de S. M. pour l’impression des Airs de musique de sa composition pour le temps de 12 années, données à Paris le 19e mai 1692.” The registres capitulaires of Sainte-Madeleine-en-la-cité document the service of a blind organist by the name of Gillier (possibly Pierre) as d’Agincourt’s replacement during the period leading up to 1706; Marcelle Benoit, “L’Organiste dans la société et la musique: 1660–1792,” in Les Orgues de Paris, ed. Michel Le Moël (Paris: Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, n.d.), 143 (1706, 12 septembre): “Après le départ du sieur Dagincourt, organiste, il se présente plusieurs candidats: Scavoir Mr Gillier aveugle qui a toujours joué pendant labsence dud. Sr Dagincourt et ayant luy pour labsence des autres, le Sr Manceau, le Sr Rameau organiste des Jesuites rue Saint-Jacques et de la Merci, le Sr Haute organiste des Enfans Rouges, le Sr Maunouri organiste de Nostre Dame de Bonne Nouvelle, le Sr Morel organiste des filles du St Sacrement rue St Louis au Marais, Mr Corneil organiste de Nostre Dame, Mr Dornel qui na point d’orgues, qui sont gens d’honneur et de probité.” Gillier’s abilities as an organist fit well with Monsieur’s pattern of hiring “singers” who also played continuo instruments.

[214] See Kathleen Gerrard, “The Livre dAirs et de Simphonies meslés de quelques fragmens d’Opéra 1697 of Pierre Gillier: An Edition and Study” (M.A. thesis, New Zealand School of Music, 2010), 2 vols. Although Gillier claims to “be in the service of” the young prince, and Philippe II did have his own private musique in this period, this does not necessarily mean that Gillier was a member, since editions of L’État de la France from this period specify that all officers of Monsieur “served” his son as well.

[215] A number of airs are attributed to “Gillier” during the period of activity of Pierre and his brother, Jean-Claude, and could have been composed by either musician. Only one such air can unambiguously be attributed to Pierre, based on a concordance in the Livre d’airs et de simphonies: “Beaux lieux, aimable solitude” which appeared in Ballard’s Livre d’airs de diferents auteurs in 1688; see Anne-Madeleine Goulet, Paroles de musique (16581694): Catalogue des livres dairs de différents auteurs publiés chez Ballard (Paris: Centre de Musique Baroque de Versailles, 2007), 905–6. A manuscript “Benedictus à 4 voci C. A. T. B. con 5 strom.” (presumably part of a larger mass) by a “Gillier” resided in the collections of the Universitäts- und Landesbibliothek, Darmstadt, but was destroyed in the Second World War (Sandra Borzikowski, personal communication). An index card with the incipit remains, which describes the writing as stemming from the second half of the seventeenth century. It indicates a 4-part orchestra but describes parts for two violins, two “violettas,” “violone,” “fagotto,” “teorba,” and “organo.” Its numerous cross-relations are not particularly characteristic of Gillier’s style in the Livre d’airs (Example 6).

[216] Livre d’airs de différents auteurs (Paris: Christophe Ballard, 1688), 39–40.

[217] Livre d’airs et de simphonies, preface: “J’ay disposé ces Airs de maniere a pouvoir en faire de petits concerts de chambre.” See the discussion in Gerrard, “The Livre dAirs et de Simphonies,” 69–84, regarding the volume’s complex organization.

[218] Livre d’airs et de simphonies, preface: “On ne trouvera pas toutes les Paroles egalement travaillées. Il y en a, qui ont eté faites dans des occasions trop precipitées, pour pouvoir leur donner un tour plus delicat, et par une complaisance necessaire a ma profession, j’ay eté obligé de les emploier telle, qu’on me les donnoit.”

[219] The overture that precedes the nymph’s récit is titled “de St. Maur,” perhaps referring to the chateau of the Prince de Condé, site of numerous divertissements organized for the Dauphin. There is also an “Ouverture de Bois le Vicomte,” which refers to the chateau owned in the period by Anne de Hervart (d. 1699), from whose father Monsieur purchased the old chateau of Saint-Cloud; see Théodore Lhuillier, “Étude historique sur l’ancien château, la seigneurie, les seigneurs et les hôtes de Bois-le-Vicomte à Mitry-Mory,” Bulletin de la société d’archéologie, sciences, lettres et arts de Seine-et-Marne 9 [1884]: 216–27). Finally, there is a “5e Intermède de la tragédie de Bajazet,” which was evidently inserted into Racine’s play, perhaps for a performance at Saint-Cloud in 1687. The report on the performance of Bajazet does not mention intermèdes, but the performance of the play lasted for three hours; Mercure (Jan 1687) II: 173–75: “Le Bal finit à sept heures et demie, & l’on passa du Salon où l’on avoit dancé, & de la Chambre où l’on avoit joüé, dans l’Orangerie, qui estoit éclairée par une infinité de Lustres & de Girandoles garnies de bougies.… On y representa Bajazet, de Mr Racine, Trésorier de France.… La Comedie estant finie à dix heures & demie.” Although it cannot be established that Gillier was working for Monsieur during this period, nothing is known about his biography, so it is possible. The volume also contains a “Fragment du prologue de Méléagre tragédie en musique” (for which no public performance can be established) and an “Ouverture de Chessy,” which may refer to a sixteenth-century chateau on the Marne.

[220] See Peter Holman, “An Orchestral Suite by François Couperin?” Early Music 15, no. 1 (January 1986): 71–76.

[221] Livre d’airs et de simphonies, preface: “Pour les [the Airs] rendre plus harmonieux, j’y ay composé des Contreparties de Violon. Je me suis dispensé de les mettre dans ce Recüeil, pour menager la comodité de voir un Air entier, sans tourner le feüillet. Mais je comuniqueray volontiers et gratis ces contreparties a ceux, qui voudront en prendre des copies.”

[222] Livre d’airs et de simphonies, preface: “Si j’ay eté assez heureux, pour trouver des chants agreables, je n’ay pas negligé de les embellir encore par des accompagnemens recherchez et expressifs et de conserver toujours une modulation naturelle.”

[223] Airs Italiens, composés par les plus celebres autheurs, mis en partition, avec les ritournelles & symphonies de Violon, tels qu’ils se chantent ordinairement dans tous les divertissemens de la cour. Recueillies par les Sieurs Fossard & Philidor l’aisné, Ordinaires de la Musique du Roy (Paris: Pierre Ballard, 1695); see Denis Herlin, “Fossard et la musique italienne en France au XVIIe siècle,” ‘Recherches’ sur la musique française classique 29 (1996–8): 27–52.

[224] See Lionel Sawkins, “Exotic Nectar Transformed: The Grands motets of Lalande’s Maturity,” Early Music 35, no. 4 (November 2007): 562.

[225] Charles Jay Moomaw, “Augmented Mediant Chords in French Baroque Music” (Ph.D. diss., University of Cincinnati, 1985), 95–99; Don Fader, “Campra et le Régent: Querelles, rivalités et avancées de l’harmonie française,” in Itinéraires d’André Campra (16601744), d’Aix à Versailles, de l’Église à l’Opéra, ed. Jean Duron (Wavre, Belgium: Mardaga; Versailles, France: Centre de musique baroque, 2012), 25–40; and Graham Sadler and Shirley Thompson, “The Italian Roots of Marc-Antoine Charpentier’s Chromatic Harmony,” in Europäische Musiker in Venedig, Rom und Neapel (1650–1750)/ Les Musiciens européens à Venise, Rome et Naples (1650–1750)/ Musicisti europei a Venezia, Roma e Napoli (1650–1750), ed. Anne-Madeleine Goulet and Gesa zur Nieden (Kassel: Bärenreiter, 2015), 546–70.